Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Micheline Calmy-Rey discute de paix à l'ONU

Micheline Calmy-Rey espère que l'«accord de Genève» sera une solution à la crise proche-orientale.

(swissinfo.ch)

La ministre suisse des Affaires étrangères a présenté au secrétaire général de l’ONU l'«accord de Genève» sur le Proche-Orient, vendredi à New York.

Kofi Annan va étudier attentivement son contenu, car l'ONU soutient toutes les initiatives visant à ramener la paix dans la région.

Le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) a apporté son soutien technique - logistique et financier - dans les discussions entre des représentants de la gauche israélienne et des Palestiniens.

Ces entretiens ont abouti à un «accord de paix» il y a deux semaines sur les rives de la Mer Morte.

Cet «accord de Genève», qui suscite un intérêt croissant au niveau international, ne fera pas l'objet d'une signature proprement dite. Les promoteurs parlent d'une cérémonie de «lancement» à Genève le mois prochain.

Polémique

Un porte-parole du DFAE a précisé que ce texte - qui porte sur tous les dossiers litigieux: Jérusalem, l'Etat palestinien, les colonies - ne sera pas signé mais uniquement «lancé» par ses promoteurs israéliens et palestiniens, lors d'une cérémonie publique.

L'annonce précédente d'une «signature» avait alimenté la polémique en Israël. Le conseiller juridique du gouvernement de l'Etat hébreu avait ainsi rappelé que «seul le gouvernement élu d'Israël est habilité à signer un accord de paix».

Reconstruction de l'Irak

Au cours de son entretien d’une trentaine de minutes au siège de l’ONU avec M. Annan, Mme Calmy-Rey a aussi évoqué le dossier irakien, quelques heures après la fin de la conférence des pays donateurs à Madrid.

La conseillère fédérale a rappelé que la Suisse s'est engagée financièrement pour la reconstruction de l'Irak. Berne a ainsi débloqué 21 millions de francs en 2003.

Micheline Calmy-Rey et Kofi Annan ont également abordé la question des réformes de l'ONU. La Suisse souhaite notamment un élargissement du Conseil de sécurité.

Etats-Unis critiqués...

Plus tôt dans la journée, la cheffe de la diplomatie helvétique s'était exprimée devant la Chambre de commerce américano-suisse. Devant un parterre de responsables économiques et politiques, Mme Calmy-Rey a critiqué «l'unilatéralisme croissant» des Etats-Unis.

«L'aventure irakienne a prouvé qu'un soutien international le plus large possible est indispensable pour de telles opérations», a-t-elle déclaré.

... mais les relations sont bonnes

La responsable du DFAE s'est toutefois défendue de nier les réalités géostratégiques.

«La sécurité de l'Europe dépend en grande partie des Etats-Unis», a-t-elle reconnu. Dans ce contexte, il est dans l'intérêt de toutes les nations d'entretenir de bons rapports avec Washington.

Les relations entre la Suisse et les USA sont «très bonnes», a ajouté Mme Calmy-Rey, citant notamment la lutte contre le terrorisme, le financement du terrorisme et le blanchiment d'argent.

Un «dialogue constructif» existe même dans des domaines controversés comme le secret bancaire, a-t-elle insisté.

Micheline Calmy-Rey, arrivée jeudi soir à New York, doit rester jusqu'à lundi sur les bords de l'Hudson. Une rencontre avec des représentants du Congrès juif mondial est notamment prévue.

swissinfo et les agences


Liens

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.