Mike von Grünigen rate la victoire d'un souffle

Belle course, néanmoins, pour Michael von Grünigen. Keystone

Il a manqué deux centièmes au Bernois pour fêter en Italie la 20e victoire de sa carrière en géant. Il a été devancé par le Français Covili.

Ce contenu a été publié le 17 décembre 2001 - 09:26

Et c'est Sami Uotila qui a terminé troisième du géant d'Alta Badia, à neuf centièmes de Frédéric Covili. C'est la première fois de sa carrière que le Finlandais monte sur un podium de Coupe du monde.

Von Grünigen sevré de victoire

La victoire boude Michael von Grünigen depuis le début de la saison. Troisième à Sölden et cinquième en Haute-Tarentaise - il souffrait de l'omoplate - le skieur de Schönried tempère néanmoins sa déception.

«C'est vrai que ça m'énerve de perdre une course pour si peu. Je croyais en ma victoire car c'est une piste qui me convient bien. Cela prouve que les jeunes sont de plus en plus forts. Je suis quand même content. Je ne peux pas me plaindre après tout ce qui s'est passé dernièrement», déclarait le Bernois.

Déjà cinquième sur cette même piste il y a deux ans, Didier Cuche a fait à peine moins bien (6e). Le Neuchâtelois s'en voulait d'avoir commis une grosse erreur sur le haut du premier parcours.

«J'ai alors perdu 90 centièmes. Cette faute m'a coûté la victoire car j'avais la possibilité de gagner. Je termine à 24 centièmes seulement de Covili et à 15 du podium. Je suis quand même content d'avoir tenu la pression en deuxième manche. Les écarts sont tellement minces qu'on ne peut pas calculer. J'ai tout donné. En plus, Alta Badia est au géant ce qu'est Kitzbühel à la descente», avouait Didier Cuche.

Didier Défago renonce

Le Valaisan Didier Défago a finalement renoncé à s'aligner. Il souffre d'une distorsion de l'articulation au niveau de la clavicule et du sternum après avoir heurté la neige du coude samedi, lors de la seconde descente de Val Gardena.

«J'ai mal lorsque je fais des mouvements vers l'avant, comme au moment de la poussée. Les entraîneurs m'ont un peu freiné. Ils préféraient que je fasse l'impasse sur cette course pour me remettre à 100% pour les deux géants qui auront lieu la semaine prochaine à Kranjska Gora», expliquait-il.

Covili, insatiable

Le Français ne quitte plus les podiums en géant. Sa victoire d'Alta Badia vient s'ajouter à celle de Sölden - la première de sa carrière - obtenue lors de l'ouverture de l'hiver. Le skieur des Ménuires avait également terminé deuxième la semaine dernière à Val d'Isère.

«C'est magnifique de gagner ici. C'était un vrai test pour moi. Je ne m'étais illustré jusqu'à présent que sur des pistes relativement faciles. En plus, la victoire reste française, puisque Joël Chenal s'était imposé la dernière fois (1999)».

swissinfo avec les agences

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article