Mission Cluster: châssis suisses pour satellites européens

L'ossature des satellites Cluster est un pur produit de la technologie suisse. EPA Photo / EPA POOL / Yuri Kochetkov

Aujourd´hui à 13h13, les deux derniers satellites du programme Cluster se sont envolés de Baïkonour au sommet d´une fusée Soyouz. Des satellites dont les châssis ont été conçus, fabriqués et testés par la firme zurichoise Contraves-Space.

Ce contenu a été publié le 09 août 2000 - 13:57

Ces châssis ressemblent à deux grosses bobines vides avec, à chaque extrémité, une rondelle d'aluminium de près de 3 mètres de diamètre et un cylindre central en fibre de carbone, renforcé de plastique. Comme pour tout ce qui touche à la technologie spatiale, ces éléments ont été soumis à des normes de fabrication très strictes, notamment pour obtenir un parallélisme impeccable entre les deux rondelles.

Malgré les efforts auxquels ils vont être soumis - notamment au décollage -, ces châssis sont des poids plume, qui ne doivent pas peser plus de 140 kilos chacun. Sur cette ossature centrale sont venus se greffer les différents éléments du satellite, instruments scientifiques, réservoirs de carburant et outils de navigation, fabriqués par 35 compagnies de quatorze pays membres de l'Agence spatiale européenne (ESA).

Pour mémoire, Cluster est un programme d'observation de la ceinture d'ondes magnétiques qui entoure la terre et de ses interactions avec les vents solaires. Grâce aux données recueillies par les quatre satellites qui composent la mission, les scientifiques espèrent notamment mieux comprendre comment les hautes couches de notre atmosphère nous protègent des particules les plus nocives émises constamment par le soleil.

Le programme actuel porte en fait le nom de Cluster II, puisque les quatre premiers satellites avaient été détruits le 4 juin 1996, lorsque la fusée européenne Ariane explosa en vol, 40 secondes après son décollage. L'ESA décida alors de miser sur la technologie russe et le 16 juillet 2000, une fusée Soyouz plaçait en orbite les deux premiers satellites du nouveau programme Cluster.

Les deux autres partent donc aujourd'hui du cosmodrome de Baïkonour, au Kazakstan. Et devraient rejoindre leurs deux compagnons dès le 15 août.

Marc-André Miserez

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article