Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Mobilisation anticorruption à La Haye

Jeudi, Ruth Metzler sera à La Haye, en compagnie de 101 autres ministres en provenance de 82 pays.

(Keystone Archive)

Plusieurs centaines d'experts, chercheurs et diplomates se sont donnés rendez-vous, lundi, à La Haye, pour la deuxième conférence internationale sur la lutte contre la corruption. Réunis jusqu'à jeudi, ils devront établir les bases d'un futur traité des Nations Unies.

Quelque 1500 chercheurs et experts en matière de lutte contre la corruption vont participer à la conférence et aux cinq groupes de travail sur le thème de la corruption dans différents domaines de la vie publique.

Le dernier jour de la conférence sera marqué par la présence de membres de gouvernement. Les organisateurs attendent 101 ministres en provenance de 82 pays différents, dont le ministre américain de la Justice, John Ashcroft. La délégation suisse sera conduite par la conseillère fédérale Ruth Metzler.

L'hôte de la conférence, le ministre néerlandais de la Justice, Benk Korthals, souligne l'importance du sujet. «La corruption est un phénomène qui n'ébranle pas uniquement la croissance économique et le commerce, mais elle tend également à toucher le plus durement les groupes les plus vulnérables de nos sociétés».

«C'est pour cela que des mesures préventives, encourageant l'intégrité, sont tout aussi nécessaires que d'autres aspects de la loi», a-t-il ajouté dans un document de présentation de la conférence.

Les Pays-Bas se sont fixés pour but d'arriver à l'adoption d'une «déclaration finale». Elle «servira d'importante fondation pour la conception du traité de l'ONU sur la corruption», a indiqué le directeur des affaires criminelles internationales du ministère de la Justice, Steven van Hoogstraten.

Au cours de l'année 2000, l'assemblée générale des Nations Unies a en effet décidé de mettre en place, par le biais d'un traité, des instruments juridiques internationaux visant à lutter contre la corruption. A cette fin, une première rencontre entre les membres de l'ONU aura lieu en juillet à Vienne.

Les cinq groupes de travail, qui oeuvreront à huis clos, se pencheront sur les thèmes «intégrité et gouvernement», «mise en application de la loi», «les douanes», «corruption, transition et développement (économique)», «le gouvernement et le secteur des affaires».

La première conférence intergouvernementale pour la lutte contre la corruption avait été organisée en 1999 aux Etats-Unis par le vice-président américain de l'époque, Al Gore.

swissinfo avec les agences

×