Montgomery s'offre le Tourmalet

A part un accident tout semble joué pour le Tour de France 2001 Keystone

Pour son premier Tour de France, l'Espagnol Roberto Lauseka rem-porte, en solitaire, une prestigieuse victoire. Quant au duel entre Arm-strong et Ullrich c'est le statu quo. Cependant, sauf accident le Texan gagnera le Tour. L'heure est à un premier bilan des Suisses.

Ce contenu a été publié le 22 juillet 2001 - 20:57

L'Espagnol Roberto Laiseka (32 ans) a remporté, en solitaire, la 14e étape du Tour de France, Tarbes - Luz-Ardiden sur 144 kilomètres 500. Professionnel depuis huit ans, il a toujours été fidèle à l'équipe à «Euskatel» (anciennement Euskasi). Limité contre la montre, le Basque ne peut jouer le classement général. Il se contente de son rôle de capitaine de route.

Vainqueur de deux étapes à la Vuelta (1999 et 2000), il ajoute un prestigieux succès à son palmarès. Et ce pour sa première participation au Tour de France.

Côté suisse, à l'heure du bilan, il faut surtout retenir la 19e place de Sven Montgomery. Il concède quatre minutes à l'Espagnol. «Suite à une défaillance, telle celle de dimanche à Saint-Lary Soulan ou j'ai perdu vingt et une minutes, je voulais une revanche». Le Bernois a donc pris les bonnes roues lors de l'échappée initiale du matin.

En tête au Tourmalet

Parmi les plus actifs du groupe, il est passé en tête au sommet du Tourmalet. «Ayant de bonnes sensations dans la montée, je me suis dit: tu vas faire le sprint à bloc. C'est toujours motivant de passer en tête le plus haut col du Tour. De plus une prime de 20.000 francs (5000 francs suisses) était en jeu». A Luz-Ardiden, le Bernois n'avait qu'un seul regret, celui d'avoir été lâché dans la descente du Tourmalet.

«Il y a deux ans, lors du passage du Tour de l'Avenir, j'ai fait une chute dans la descente du Tourmalet. Je ne me souvenais pas des caractéristiques de la descente. Je n'ai pris aucun risque. Je suis descendu à mon rythme. J'avais peur de tomber», explique Montgomery. Qui a progressé d'une place au classement général. Il pointe désormais à la 17e place, à un peu plus de trente-neuf minutes (39'11'') d'Armstrong.

«Je le répète: Sven manque encore de maturité et de travail foncier. Il a besoin de se poser», explique Marc Madiot, le directeur sportif de «La Française des jeux». «Sven a renouvelé son contrat pour deux ans», poursuit l'ancien vainqueur de Paris - Roubaix (1985 et 1981).

Les malheurs d'Atienza

Au sortir du secteur de haute montage du Tour, l'enchaînement Alpes - Pyrénées, l'Espagnol de Moudon, Daniel Atienza, pointe à la 27e place du classement général, à moins d'une heure (57'03''). «Il me sera difficile de faire mieux que l'été passé. A Paris j'ai terminé à la 29e. Car il reste le contre-la-montre de 61 kilomètres de vendredi sur un terrain qui est loin de m'être favorable».

Un Atienza qui a connu des malheurs en début de Tour. A quatre reprises il a chu-té. De plus les «Cofidis» ont été piégés dans la 4e étape, celle de Verdun. A l'arrivée le Moudonois accusait un retard de dix-huit minutes.

Or, samedi à Saint-Lary Soulan (18e à 7'29'' d'Armstrong) et dimanche à Luz-Ardiden, Ateienza a pris sa revanche. Si l'Espagnol Laiseka a réalisé la montée la plus rapide du final de 13 kilomètres, le petit grimpeur de Bernard Quilfen a réalisé le 13e temps. Il débourse 1'42'' et prend la 23e place à 4'55''.

Au sortir du secteur montagneux, le Tour de France est-il joué? Lance Armstrong a pesé d'un tel poids sur la course, que seul un accident peut l'empêcher d'augmenter sa collection de maillots jaune. Certes, il reste, après le jour de repos de lundi à Pau, six étapes. Soit 1025 kilomètres, dont les 61 du contre-la-montre de Montluçon. Où le Texan devrait faire une nouvelle démonstration de ses qualités. A moins que Ullrich, désormais deuxième du classement général, parvienne à réaliser un baroud d'honneur...

Pierre-Henri Bonvin
Luz-Ardiden.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article