Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Moritz Leuenberger prépare les socialistes suisses à un destin européen

Le président de la Confédération, Moritz Leuenberger.

(swissinfo.ch)

Le président de la Confédération Moritz Leuenberger participe lundi et mardi au congrès du Parti socialiste européen (PSE) à Berlin. Actuellement membre associé du PSE, le Parti socialiste suisse espère pouvoir devenir membre à part entière dans le courant de l'année.

Moritz Leuenberger a notamment pour interlocuteurs les Premiers ministres portugais Antonio Guterres, finlandais Paavo Lipponen et suédois Göran Persson. La Commissaire européenne pour l'emploi et les affaires sociales Anna Diamantopoulou est également présente, a indiqué vendredi le Département fédéral des transports, de l'énergie et de la communication (DETEC).

Durant ce congrès, le PSE doit élaborer une déclaration commune sur la «sécurité dans le changement» et élire un nouveau président, le secrétaire britannique au Foreign Office Robin Cook. Celui-ci succèdera à l'Allemand Rudolf Scharping.

«Cette réunion fournit l'occasion de nombreux contacts bilatéraux au plus haut niveau, avec la présence des dix chefs de gouvernement de l'UE», ajoute le Parti socialiste suisse (PSS).

Outre M. Leuenberger, le PSS est représenté à Berlin par sa présidente Christiane Brunner, son secrétaire général Reto Gamma, son secrétaire chargé des relations internationales Kaspar Sutter et le chef du groupe socialiste aux Chambres fédérales Franco Cavalli.

Actuellement membre associé du PSE, le PSS a des relations «étroites» avec le PSE et espère pouvoir devenir membre à part entière dans le courant de l'année, a indiqué à l'ats son porte-parole Jean-Philippe Jeannerat. Ce statut est jusqu'ici réservé aux partis socialistes des pays de l'UE et de la Norvège.

Il ouvrirait au PSS de très nombreuses séances où les représentants socialistes dans les instances européennes discutent des politiques avant qu'elles ne soient officiellement débattues. Pour M. Jeannerat, de tels échanges sont «fondamentaux» à l'heure actuelle.

swissinfo avec les agences

×