Navigation

«Sans corps, il est impossible de commencer un deuil»

Missionnaire clarétain, diplômé en philosophie, théologie et sociologie, le père Henry Ramirez Soler est arrivé à Medellín del Ariari à tout juste 22 ans. C'était en 1996, l'une des périodes les plus difficiles du conflit, et depuis lors, il n’a cessé de se battre aux côtés des victimes pour obtenir la vérité et la justice. Son expérience a notamment servi de base à l'élaboration d'une stratégie de recherche des disparus au cours des négociations de paix à La Havane. swissinfo.ch l'a suivi pendant plusieurs jours dans ses activités pastorales et de défense des droits de l'Homme. (Ricardo Torres et Stefania Summermatter)

Ce contenu a été publié le 27 avril 2018 - 08:32
Stefania Summermatter et Ricardo Torres, Medellín del Ariari

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.