Navigation

La fermeture du tunnel du Saint-Bernard met les frontaliers à rude épreuve

Une trentaine de frontaliers de la Vallée d’Aoste empruntent chaque jour le tunnel du Grand-Saint-Benard. Infirmiers, travailleurs socio-sanitaires et employés de la restauration: ce sont ces personnes qui traversent chaque jour la frontière suisse pour gagner leur vie. Depuis deux mois, ils doivent faire face à la fermeture du tunnel qui relie la Suisse à l’Italie.

Ce contenu a été publié le 29 novembre 2017 - 15:39
Marco Gritti

Depuis que le col du Grand-Saint-Bernard, situé à 2473 mètres d’altitude, est également fermé, les frontaliers italiens n’ont plus que deux solutions pour rejoindre la Suisse: traverser le tunnel du Mont-Blanc puis emprunter le Col de la Forclaz pour rejoindre le Valais, ou alors louer une maison en Suisse pour la durée des travaux de remise en état du Grand-Saint-Bernard. 

+ La patience reste de mise au Grand-Saint-Bernard

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article