Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Disparu il y a 25 ans Jean Tinguely, le sculpteur de la machine

Mort le 30 août 1991 à l’âge de 66 ans, l’artiste suisse était d’abord connu pour ses machines poétiques, et ceci bien au-delà des frontières de son pays. Ses sculptures en mouvement sont généralement considérées comme joyeuses et ludiques, créatives et ironiques, mélancoliques aussi parfois.

Jean Tinguely, aussi nommé Jeannot, est né à Fribourg et a grandi à Bâle, où il suit une formation de décorateur. A cette époque déjà, il utilise des mannequins de fil de fer pour décorer les vitrines.

En 1954, il met pour la première fois ses sculptures en mouvement. Ces énormes machines mouvantes qu’il développe dans les années suivantes, souvent en collaboration avec des collègues artistes, attirent bientôt l’attention internationale. Ainsi, le Museum of Modern Art de New York installe dans son jardin une gigantesque «machine à Tinguely» faite de ferraille et capable de s’auto-détruire.

Dès la fin des années 70, l’élément eau prend de plus en plus d’importance dans son œuvre, ce qui s’exprime par la construction de fontaines. Plus tard viennent les installations avec des matériaux d’origine animale, comme des os, des crânes, des cornes. Et dans ses œuvres tardives, Tinguely élargira ses formes d’expression artistique au facteur lumière – à voir notamment dans sa sculpture lumineuse «Luminator».

Jeannot, qui fut marié d’abord à l’artiste Eva Aeppli, puis à la peintre et sculptrice Niki de Saint Phalle, est enterré à Neyruz, dans le canton de Fribourg, où il a vécu de longues années. Sur sa tombe, on a placé une installation mobile.

(Texte: Gaby Ochsenbein, swissinfo.ch, rédaction images: Ester Unterfinger,swissinfo.ch)