Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Emigration tessinoise en Australie Aux antipodes, mais encore liés à la Suisse

Au milieu du 19e siècle, quelque 2000 Tessinois partent pour l’Australie. Plus d'un siècle et demi plus tard, les traces de ces «Suisses italiens» sont encore bien présentes dans l'Etat de Victoria. Voyage photographique à travers l'ancien eldorado des émigrants tessinois.

L’hôtel Bellinzona, les sources thermales Locarno, le fabricant de battes de cricket Tinetti ou l’entreprise Lavandula: ce sont quelques-unes des traces de l’émigration tessinoise en Australie, que l’on peut retrouver dans les régions de Daylesford et Hepburn Springs, au nord-ouest de Melbourne.

Dans les années 1850, environ 2000 personnes ont fui la pauvreté dans les vallées tessinoises et dans la vallée italophone de Poschiavo, dans les Grisons, pour tenter leur chance à l'autre bout du monde. Attirés par la découverte d'or dans les Etats de Victoria et de la Nouvelle-Galles du Sud, de nombreux émigrants ont connu un sort tragique. Quand ils sont arrivés en Australie, la ruée vers l'or commençait déjà à se terminer.

Beaucoup sont rentrés chez eux les mains vides et endettés ou ont alors rejoint les mines d’or et les ranchs de Californie. Mais certains sont restés en Australie, où ils ont mené une vie modeste et difficile. Un présence restée visible jusqu’à aujourd’hui.

Après avoir rencontré les descendants d'émigrants tessinois aux Etats-Unis, la photographe suisse Flavia Leuenberger, lauréate du Swiss Press Photo Award en 2015, s'est rendue en Australie pour documenter les liens étroits qui unissent encore de nombreuses familles à la patrie de leurs ancêtres.

En Australie, pour savoir d'où vient une personne, on demande souvent: ‘Where is home for you?’ Je trouve ça différent de l’habituel ‘Où habitez-vous?’. ‘Où est pour vous votre maison?’ peut être compris de manière plus profonde. Cela fait référence à un lieu qui n’est pas nécessairement marqué par des murs. Ce concept reprend le thème de l’émigration tessinoise vers la fin du 19e siècle», explique Flavia Leuenberger.