Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Jamais autant parlé et écrit

Le français est la 2e langue la plus enseignée dans le monde, la 3e langue sur la toile, la 9e langue la plus parlée, rappelait jeudi à Montreux Clément Duhaime, administrateur de l'OIF. A l’appui de son optimisme, un rapport de plus de 300 pages qui remet les pendules à l’heure.

Le français n’est plus ce qu’il était. Il se dégrade, il disparait. C’est un avis, mais pas du tout celui des quarante chercheurs de quinze pays qui ont planché deux ans durant sur la question. Et ce, sous l’égide et pour les beaux yeux de la Francophonie.

Dans leur rapport, ces pontes de la langue de Molière, Rousseau, Johnny (marquer d'un croix votre préférence) livrent une pleine portion de données réputées fiables ainsi que tout un tas d’analyses et d’explications pour les longues soirées d’hiver.

On se bornera à noter que les francophones – tout ce qui parle, écrit et lit le français – sont 220 millions aujourd’hui et pourraient se retrouver 700 à 750 millions dans quarante ans. Que 45 à 50% d’entre eux vivent aujourd’hui en Afrique, continent qui abritera 80 à 85% des francophones de la planète en 2050.

«Ici à Montreux, nous avons eu des discussions comme jamais sur la langue, assure Clément Duhaime, administrateur de l'OIF. On a vu des ministres utiliser diverses expressions de chez eux afin d’en illustrer la variété et la richesse.»

Bien sûr, tout n’est pas rose et les membres de la Francophonie sont appelés à renouveler d’efforts pour permettre la scolarisation et l’éducation pour tous. Ils trouveront dans ce rapport motif à s’engager pour éviter au français de déserter la science et le champ professionnel.

Les grandes institutions sont aussi concernées. Ce 22 octobre, l'Association des francophones fonctionnaires des organisations internationales organise d’ailleurs sa première journée du français.

FMI, OMC, BIT, OMS... partout, ses affiliés arboreront badge ou ruban et «s'évertueront à parler français». Faut-il leur souhaiter bon courage ou beaucoup de plaisir?

Texte et photos: Pierre-François Besson, Montreux, swissinfo.ch