Navigation

Martin Hänggi

Certains Davosiens sont aussi critiques vis-à-vis du WEF. Martin Hänggi, propriétaire d’un magasin bio, en fait partie: «Je vois le profit que beaucoup font ici grâce au WEF. Toutefois, le WEF n’est pas seulement une bénédiction.» (Kristian Kapp, swissinfo.ch)

Ce contenu a été publié le 18 janvier 2017 - 14:04
Kristian Kapp

A 48 ans, Martin Hänggi est encore un patineur actif. Il donne des cours de patinage aux très jeunes hockeyeurs, dirige un fitness et un magasin bio, qui forment un contraste avec le WEF.

«Le magasin est une oasis. Il m’aide à construire ma vie à Davos», explique-t-il. «Financièrement, il m’apporte toutefois peu.» Pendant le WEF, la clientèle ne vient pas non plus. «Je n’ai pas de clients occasionnels, surtout pas parmi les participants au Forum. Le magasin n’est pas sur la promenade. Je suis bien trop éloigné.» 

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article