Navigation

Ni plante ni animal: le champignon

Aller aux champignons est très tendance. Beaucoup de gens passent leurs congés d'automne dans les champs, les forêts et les prés, à l’instar de Markus Flück. Depuis son enfance, cet expert es champignons est fasciné par ces (innombrables) petits miracles de Dame Nature.

Ce contenu a été publié le 16 novembre 2013 - 11:00

Les champignons comestibles comme les chanterelles et les bolets, ou les vénéneux et les dangereux comme les amanites tue-mouches, sont connus de la plupart des gens, en tout cas par ouï-dire. Mais on a répertorié en Suisse des milliers d’espèces. Sur environ 5500, 2000 à 3000 resurgissent chaque année.

Markus Flück, expert chevronné en champignons, a une longue pratique en tant que cueilleur et contrôleur, mais il est aussi l’auteur de plusieurs livres sur la question. Il consacre une bonne partie de ses loisirs à sa passion: il cherche, cueille et identifie les champignons et se livre aussi à des essais culinaires. Et il a pris un nombre considérable de photographies.

Dans son nouveau guide, Pilzführer Schweiz, il présente les 150 champignons les plus courants dans le pays: les comestibles, les vénéneux, les sosies vénéneux et les protégés. En outre, un chapitre est consacré aux champignons de culture comme alternative aux sauvages.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Joignez-vous à la discussion

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.