Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Un saut dans le passé Roberto Donetta, vendeur de graines et photographe

Le Tessinois Roberto Donetta (1865-1932) fait partie des grands marginaux de la photographie suisse. Il vivote en tant que photographe itinérant et marchand de graines. À sa mort, il laisse quelque 5000 plaques photographiques en verre, qui seront découvertes un peu par hasard. Ces prises de vue montrent la vie archaïque des habitants du Val Blenio et la lente évolution vers la modernité.

Tout comme celle de milliers de ses compatriotes tessinois, la vie de Roberto Donetta a été marquée par des privations matérielles et par l’exil. Un exil qui l’a tout d’abord mené dans les villes du nord de l’Italie, où il fut vendeur de marrons, puis à Londres. La passion pour la photographie est née plus tard, vers 1900. Il en a alors appris les rudiments avant de retourner vivre dans sa vallée natale. De là, il a parcouru tout le nord du Tessin en tant que vendeur ambulant de graines, prenant également des centaines de photographies sur commande.

Donetta s’est fait ainsi «pendant près de 30 ans le chroniqueur d’une époque marquée par de profonds changements […] maniant la caméra avec virtuosité et expérimentant librement», comme l’explique le Musée suisse de la photographie de Winterthour, qui lui consacre une expositionLien externe. «Le Val Blenio, un microcosme: avec Roberto Donetta, la vallée tessinoise se transforme en scène du grand théâtre du monde», poursuit le Musée. 

Un hommage qui arrive malheureusement trop tard pour Donetta. Les métiers de vendeur ambulant et de photographe ne lui permettent en effet pas de joindre les deux bouts. La détérioration de sa situation économique déjà précaire entraîne la désintégration du noyau familial (Donetta avait une femme et sept enfants, qui avaient déménagé en France). Le photographe meurt dans la misère et la solitude en 1932. Les autorités récupèrent le peu de choses qui lui reste et le vendent aux enchères afin de payer de vieilles dettes ainsi que les frais des funérailles.

Ils ne trouvent pas d’acquéreur pour les 5000 plaques photographiques en verre, qui resteront la propriété de la commune de Corzoneso et qui sont aujourd’hui conservées aux Archives Donetta.