Nadal perd un set face à Edmund

 Toute l'actu en bref

En quête d'un 10e titre à Monte-Carlo, Rafael Nadal a souffert pour son entrée en lice. Il a lâché un set dans son 2e tour face à Kyle Edmund, à qui il a pourtant infligé d'entrée une roue de vélo.

Le gaucher majorquin s'est imposé 6-0 5-7 6-3 en 2h19' face au Britannique, qui pointe à la 45e place mondiale et n'est pas un spécialiste de la terre battue. Il a remporté les trois derniers jeux du match en s'emparant à deux reprises de la mise en jeu adverse au passage, après avoir vu Kyle Edmund effacer un premier break de retard pour recoller à 3-3 dans la manche décisive.

Rafael Nadal (ATP 7), qui jouait mercredi le 400e match de sa carrière sur terre battue sur le circuit principal (366 victoires, 34 défaites), devra certainement élever son niveau de jeu pour son 8e de finale. Il se mesurera jeudi au grand espoir allemand Alexander Zverev (ATP 20), face à qui il a dû batailler pendant cinq sets au 3e tour d'un Open d'Australie dans lequel le nonuple champion de Roland-Garros s'est incliné en finale devant Roger Federer.

Après plus d'un mois d'absence, Andy Murray a renoué avec la compétition par un succès également poussif. L'Ecossais s'est imposé 7-5 7-5 en 1h56' au 2e tour face à Gilles Muller (ATP 28). Il n'avait plus joué depuis sa défaite subie d'entrée à Indian Wells face au Canadien Vasek Pospisil, le 12 mars, pour cause de coude droit douloureux. En manque de rythme, il a même dû sauver deux balles de set dans la première manche face à un serveur-volleyeur accrocheur.

Sur le papier, Gilles Muller et son jeu à l'ancienne ne faisaient pas le poids contre le double champion de Wimbledon (2013 et 2016), finaliste à Roland-Garros l'an passé. Mais outre ses pépins physiques, Andy Murray est loin d'avoir évolué cette année au fabuleux niveau qui lui avait permis de chiper fin 2016 le fauteuil de no 1 mondial à Novak Djokovic, si ce n'est à Dubaï où il a conquis le titre début mars.

A Monte-Carlo, où il n'était pas sûr de s'engager, le Britannique veut surtout se refaire une santé et retrouver sa confiance. Cette entrée en matière lui aura au moins permis de se rassurer sur sa condition physique. Mais sa tâche sera bien plus délicate en 8e de finale: il se mesurera à un spécialiste de la terre ocre, le gaucher espagnol Albert Ramos-Viñolas (ATP 24), quart de finaliste à Roland-Garros et titré à Bastad l'an passé.

ATS

 Toute l'actu en bref