Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Naturalisation: Blocher assure un service minimum

Christoph Blocher a esquivé toutes les questions concernant son opinion personnelle.

(Keystone)

Comme le lui impose sa fonction, le ministre de la Justice défend les deux projets de naturalisation facilitée qui seront soumis au peuple le 26 septembre.

Mais Christoph Blocher ne s’engagera pas davantage car son parti, l’Union démocratique du centre (UDC/droite dure), combat la réforme.

Le conseiller fédéral a précisé lundi qu'il ne fera pas campagne, mais qu’il présentera la position du gouvernement.

Malgré les questions pressantes des journalistes, venus nombreux à sa conférence de presse, Christoph Blocher a esquivé toutes les questions concernant son opinion personnelle, affirmant que celle-ci «n'intéresse personne».

Reste que son parti de l’UDC et les petits partis de la droite dure sont les seuls à s'opposer à cette réforme. Ils accusent les partisans de la naturalisation facilitée de vouloir «brader la nationalité suisse».

Dernier parti gouvernemental à se prononcer sur la question, le parti radical (PRD) a décidé samedi de prôner le double «oui» pour la votation du 26 septembre. Les démocrates-chrétiens (PDC) et les socialistes (PS) s’étaient déjà prononcés en ce sens.

Opposé à la révision

Alors qu'il était encore parlementaire, Christoph Blocher avait rejeté les projets de naturalisation facilitée pour les jeunes étrangers de la deuxième génération et d'octroi automatique du passeport à croix blanche pour ceux de la troisième génération.

Devant la presse, le démocrate du centre n'a à aucun moment appelé le peuple à accepter les projets de révision du droit de la nationalité. Il s'est contenté notamment de rappeler les deux échecs de projets devant le peuple en 1983 et 1994 et de détailler les notions de première, deuxième et troisième génération.

Depuis, quatorze cantons ont introduit des procédures simplifiées de naturalisation des jeunes étrangers.

Un premier sondage

Et un premier sondage de l’Institut gfs.bern réalisé pour SSR SRG idée suisse, montre quant à lui que la population suisse soutient les deux objets. La naturalisation facilitée obtient 68% de «oui» et la naturalisation automatique 75%.

Le «oui» atteint 90% et 80% chez les socialistes et les démocrates-chrétiens, 67% chez les radicaux. L’électorat UDC rejette le projet à 57%, mais 35% des personnes interrogées y sont favorables.

15’000 naturalisations en vue

On dénombre actuellement quelque 116’000 étrangers âgés de 14 à 24 ans, nés en Suisse ou qui y ont suivi au moins cinq ans de scolarité. Avec la nouvelle réglementation, ils auraient droit à déposer une demande de naturalisation facilitée.

Or, l'Office fédéral de l'immigration (IMES) s'attend à ce que seules 5000 à 10’000 requêtes supplémentaires seront déposées à ce titre chaque année en cas de oui le 26 septembre.

Plus de la moitié des jeunes de la deuxième génération vivent en effet dans des cantons offrant déjà une naturalisation facilitée et n'ont entrepris aucune démarche.

Aux demandes de la deuxième génération s'ajouteront quelque 2500 à 5000 naturalisations automatiques d'enfants de la troisième génération nés en Suisse.

Ainsi, environ 15’000 personnes supplémentaires pourraient obtenir la nationalité helvétique avec le nouveau droit. L'an dernier, quelque 37’000 personnes ont été naturalisées, sur près de 1,5 million d'étrangers résidant en Suisse.

swissinfo et les agences

Faits

Quatre objets soumis au vote du peuple le 26 septembre

1. Naturalisation facilitée pour les étrangers de la 2e génération
2. Naturalisation automatique pour ceux de la 3e génération
3. Initiative "Services postaux pour tous"
4. Assurance maternité

Mots d’ordre des partis:

Parti socialiste: oui, oui, oui, oui

Parti démocrate-chrétien: oui, oui, encore ouvert, oui

Part radical: oui, oui, non, oui

Union démocratique du centre: non, non, non, non

Fin de l'infobox

En bref

- Les citoyens suisses ont déjà refusé à deux reprises une procédure de naturalisation facilitée pour les jeunes de la deuxième génération (1983 et 1994).

- Depuis, plus de la moitié des cantons ont introduit des procédures simplifiées de naturalisation.

Fin de l'infobox


Liens

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.