Nestlé mise sur l'alimentation nutritionnelle

La division "alicaments" de Nestlé représente déjà un chiffre d’affaires global de cinq milliards de francs . Keystone

2000 a été l'année de tous les records pour le groupe veveysan. Son bénéfice net a progressé de 22% à 5,8 milliards de francs et ses ventes ont augmenté de 9% à 81,5 milliards par rapport à l'année précédente. Le géant de l'industrie alimentaire entend désormais développer une stratégie orientée vers des aliments à forte valeur ajoutée.

Ce contenu a été publié le 23 février 2001 - 20:12

Eaux, glaces, aliments pour animaux domestiques et désormais nutrition, voilà les secteurs clés sur lesquels le géant suisse de l'agroalimentaire va miser ces prochaines années. En présentant les résultats record de l'an 2000, Peter Brabeck a précisé que sa société désirait se positionner comme un leader dans l'alimentation nutritionnelle. "Cette division sera un moteur important de notre croissance ces prochaines années", estime le patron de Nestlé.

Le nutritionnel regroupe les aliments destinés aux enfants en bas âge, aux personnes malades et les produits qui améliorent les performances mentales ou physiques. Les spécialistes appellent cela des alicaments. Chez Nestlé, cette division représente un chiffre d'affaires global de cinq milliards de francs et surtout, elle a connu une croissance des ventes de 34% l'an dernier.

Dans le secteur infantile, Nestlé a mis au point des laits et des céréales spécifiques pour la petite enfance. Au niveau de la nutrition clinique, la société propose divers régimes en fonction de la maladie des patients. Dans la nutrition des performances, on trouve des yogourts (Omega, LC1) qui "contribuent à maintenir un taux de cholestérol sain" ou des barres énergétiques pour les sportifs.

La stratégie de la société repose sur le concept de la valeur ajoutée. "Avec la crise de la vache folle, le consommateur est devenu plus attentif à la qualité et il est prêt à payer un peu plus pour cela", ajoute Peter Brabeck. En développant l'aspect santé pour attirer les acheteurs, Nestlé justifie d'un prix plus élevé et bénéficie d'une croissance qualitative de ses ventes et non plus simplement quantitative.

Nestlé est déjà très présent dans le secteur infantile puisqu'elle détient 20% de ce marché mondial estimé à 20 milliards de francs. En revanche, la société contrôle moins de 10% des ventes mondiales dans les domaines "clinique" et "performance". "Le potentiel de croissance est important, et nous sommes près à des acquisitions dans ces deux secteurs si des bonnes opportunités se présentent", lance Peter Brabeck.

Ce type d'aliment est d'autant plus profitable que l'entreprise peut déposer des brevets pour protéger ces produits face à la concurrence. En outre, "les recherches entreprises pour le secteur nutritionnel peuvent aussi être utilisées dans le domaine de la nourriture pour les animaux", précise Peter Brabeck. Ce qui est sain pour l'homme ne doit pas être mauvais pour les chiens ou les chats.

Luigino Canal

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article