Nestlé veut gagner la bataille de l'eau en Europe

Siège mondial de Nestlé à Vevey. Keystone Archive

Nestlé veut dominer le marché de l'eau minérale sur le Vieux continent. A tout prix.

Ce contenu a été publié le 04 février 2003 - 17:48

Le géant suisse a racheté au prix fort la filiale européenne d'Hutchison Wampoa, le conglomérat de Hong Kong.

Une fois de plus, Nestlé confirme sa réputation de surpayer ses acquisitions. Son rachat de Powwow Group, filiale de la division A.S Watson de Hutchison, lui coûtera 560 millions d'euros.

Elle livre de l'eau à domicile et au bureau dans sept pays d'Europe: France, Allemagne, Pays-Bas, Grande-Bretagne, Danemark, Italie et Portugal. Employant 1500 personnes, elle a réalisé, en 2002, un chiffre d'affaires de 120 millions d'euros.

Un bon prix

Une fois de plus, Li Ka-shing, l'homme d'affaires le plus riche d'Asie, propriétaire du conglomérat Hutchison à Hong Kong, prouve sa capacité à acheter à bas prix des entreprises pour les revendre, très vite, au prix le plus élevé.

Il affirme qu'il dégagera un bénéfice de 230 millions d'euros sur cette opération. Il avait acquis Powwow en 1998.

«C'est une excellente affaire pour le conglomérat de Hong Kong. Cela va lui permettre de réduire sa dette de 20 milliards de dollars accumulée dans les télécoms et les sociétés Internet», estime un analyste de la banque UBS à Tokyo.

Fritz van Dijk, le responsable de Nestlé Waters, n'est pas persuadé que le groupe suisse a acheté trop cher la filiale eau minérale d'Hutchison en Europe.

«C'est un bon prix, assure-t-il. Le segment de la livraison d'eau à domicile et dans les bureaux représente à peine 3% du marché européen de l'eau en bouteille contre 40% aux Etats-Unis».

Concurrence de Danone

Pour Nestlé, le potentiel de ce segment de la livraison d'eau est considérable. Il devrait croître de 15% à 20% par an. Pour doubler d'ici cinq ans. Par comparaison, les ventes d'eau en bouteille sur le Vieux continent ne progressent que de 3% à 4% par an.

Nestlé Waters, une unité du groupe suisse, domine le marché mondial de l'eau minérale vendue en bouteille avec ses marques Perrier, Sanpellegrino et Vittel.

Il en a vendu pour plus de 5 milliards d'euros (7,5 milliards de francs) en 2001. Un montant équivalent à 9% du chiffre d'affaires global de Nestlé, estimé à 89,5 milliards de francs en 2002.

Dans les eaux minérales, Nestlé subit la concurrence du groupe français Danone et de sa marque Evian. Ainsi que des Américains PepsiCo et Coca Cola, qui vendent leurs eaux sous les marques respectives d'Aquafina et de Dasani.

swissinfo, Georges Baumgartner, Tokyo

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article