Navigation

Netsurf décortique Internet tous les matins

Depuis 1996, Emily Turrettini, une jeune Américaine mariée à un Suisse, anime seule depuis la campagne genevoise Netsurf, mi-francophone, mi-anglophone, l’un des dix portails les plus visités de Suisse romande. Portrait d’une inconnue célèbre.

Ce contenu a été publié le 27 mai 2000 - 14:12

Onel de Gurman, le hacker philippin considéré comme le père du virus Iloveyou, qui a provoqué pour 10 milliards de dollars de dégâts, est détesté dans le monde entier, mais admiré dans son pays. Les raisons ? Il se bat pour la gratuité sur Internet.

L’article, publié par Netsurf, est signé Francis Pisani. Installé à San Francisco, le célèbre journaliste collabore au Monde, à El Pais, et à ce site suisse, animé depuis le dernier étage d’une maison de campagne genevoise, et surtout connu de la communauté internaute.

Emily Turrettini et Francis Pisani, qui lui livre depuis un an une chronique quotidienne, défendent la même idée : Internet ne doit pas être exclusivement réservé aux marchands du temple. «Internet, c’est aussi un moyen de mettre bénévolement ses compétences au service de tout le monde», explique cette puriste.

Bénévole, cette mère de famille, qui consacre tout son temps à sa passion, a ainsi refusé l’offre de rachat du groupe de presse Ringier. www.netsurf.ch est l’un des dix sites les plus visités de la Suisse francophone.

Il fourmille de petites informations originales, comme sur les «cyberquatters» qui se sont précipités pour enregistrer des noms de domaines liés à Leo Blair, comme babyleo.co.uk ou leoblair.com.

Emily Turrettini accueille d’ailleurs gratuitement toutes les personnes qui souhaitent vendre des noms de domaines. Elle livre au passage le nom le plus long, www.mydomainnameislongerthanyours.com, qui revendique malgré tout 89’000 visiteurs.

Ian Hamel



Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.