Niki de Saint-Phalle est décédée

Keystone Archive

Son nom est associé à celui du Fribourgeois Jean Tinguely, mort en 1991. L'artiste franco-américaine s'est éteinte mercredi à San Diego, en Californie.

Agée de 71 ans, l'artiste était depuis longtemps atteinte dans sa santé. Née Marie Agnès Fal de Saint-Phalle, l'artiste est devenue mondialement connue en 1966. Au Moderna Museet de Stockholm, elle y présenta «la plus grande pute du monde».

Il s'agissait d'une sculpture de six tonnes, haute de 27 mètres, représentant une femme, dont le sexe était en fait un tunnel que plus de 100 000 personnes ont visité. Pour l'artiste, ses sculptures hypertrophiées dénonçaient une société qui relègue la femme au second plan.

Vapeurs toxiques

Surtout connue pour ses «Nanas», l'artiste considérait pourtant le Jardin des Tarots, inauguré en 1998, comme l'œuvre de sa vie. Situé dans la province de Grossetto en Toscane, ce jardin enchanté, dont l'entrée a été dessinée par Mario Botta, a mobilisé ses énergies pendant une vingtaine d'années.

Elle en rêvait depuis 1955. A cette époque, elle avait découvert le Parc Guell d'Antonio Gaudi, à Barcelone. «A ce moment, j'ai su que j'avais rencontré mon maître et mon destin», devait-elle écrire.

Les «Nanas» ont failli tuer leur créatrice: pendant des années, elle a travaillé avec divers matériaux au mépris des règles de sécurité et a inhalé des vapeurs toxiques. Elle a souffert d'inflammations et d'un dangereux gonflement des poumons.

Dragon et autres monstres

Née à Neuilly-sur-Seine, près de Paris, dans une famille de banquiers ruinée en 1930, la plasticienne a passé sa jeunesse à New York. A 18 ans, elle a épousé l'écrivain américain Harry Mathews. Le couple s'est installé en Espagne pour étudier les cathédrales et les musées, avant de se séparer en 1960.

La première «Nana», symbole de fertilité, a vu le jour à Paris en 1964. Le «Golem», une sculpture-jeu, a été réalisé en 1972 à Jérusalem. L'année suivante était édifié «Le dragon», une maison pour enfants en Belgique. La fontaine de Château Chinon, dont François Mitterrand était maire à l'époque, est intitulée «Nana Boa».

En 1994, l'artiste signait un timbre pour les PTT suisses, dans le cadre d'une campagne contre le sida. Le préservatif vivement coloré qui y figurait a rapidement suscité l'émoi.

Grande complicité artistique

Une grande complicité artistique liait Niki de Saint-Phalle et Jean Tinguely, décédé en 1991. Ensemble, ils ont conçu la fontaine Stravinski, multicolore et bouillonnante, bordant le Centre Pompidou à Paris.

Après la mort de Tinguely, Niki de Saint-Phalle s'est installée aux Etats-Unis, à San Diego. Elle s'est engagée pour la pérennité de l'oeuvre de son mari. Un musée signé Botta a été ouvert en 1996 à Bâle. A suivi en mars 1998 l'Espace Tinguely, à Fribourg, qui se fixe pour objectif de travailler étroitement avec l'institution bâloise, dont il est complémentaire.

Peu avant ses 70 ans, en octobre 2000, Niki de Saint Phalle a reçu le Praemium Imperiale à Tokyo, considéré comme le Nobel des arts. Elle avait publié son autobiographie en 1999.

swissinfo avec les agences

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article