Nombre de naissances au plus haut depuis 2000 en Chine

La décision prise en octobre 2015 par la Chine d'autoriser tous les couples du pays à avoir deux enfants au lieu d'un s'est traduite par un pic du nombre de naissances (image symbolique). KEYSTONE/AP/ANDY WONG sda-ats

La décision prise en octobre 2015 par la Chine d'autoriser tous les couples du pays à avoir deux enfants au lieu d'un s'est traduite par un pic du nombre de naissances. Il n'y avait pas eu autant de nouveaux-nés depuis 2000.

Les nouvelles naissances dans le pays le plus peuplé du monde ont atteint 17,86 millions en 2016, soit une hausse d'environ 1,4 million par rapport à la moyenne annuelle constatée sur la période 2011-2015, a déclaré Yang Wenzhuang, responsable de la Commission du planning familial et de la santé nationale.

"Alors que le nombre total de femmes en âge de porter des enfants a baissé de cinq millions, le nombre de naissances a augmenté de manière significative. Ce qui montre que les ajustements de la politique de planning familial ont été décidés à point nommé pour une très grande efficacité", a-t-il dit à des journalistes.

Inquiets au sujet des coûts induits par une population vieillissante, les autorités chinoises ont abandonné il y a près de 15 mois la règle de l'enfant unique. Celle-ci avait été introduite à la fin des années 1970 pour éviter que la croissance démographique n'échappe à tout contrôle.

Entre 17 et 20 millions

Yang Wenzhuang a ajouté que la Chine espérait conserver un nombre de naissances compris entre 17 et 20 millions par an sur la période 2016-2020.

La Chine a déjà pris des dispositions pour augmenter aussi bien le personnel médical que le nombre de lits d'hôpitaux afin de faire face à la hausse du nombre de naissances.

Le pays pense que sa population devrait atteindre environ 1,42 milliard de personnes à la fin de la décennie contre 1,37 milliard à la fin de 2015.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article