Nottwil fait les yeux doux à Michael Schumacher

Un contribuable que tout le monde s'arrache... Keystone

Le champion du monde de Formule 1 envisage de quitter Vufflens-le-Château dans le canton de Vaud pour s'installer à Nottwil dans le canton de Lucerne. En tout cas, cette commune ne ménage pas sa peine pour attirer ce riche contribuable.

Ce contenu a été publié le 07 août 2001 - 16:27

Depuis six mois, à Nottwil, une task force de quatre personnes s'active pour tenter d'offrir des conditions alléchantes à Michael Schumacher et à sa famille, révèle le magazine allemand «Der Spiegel» dans sa dernière édition.

«Nous pouvons dès maintenant proposer trois propriétés aux Schumacher», affirme le syndic de Nottwil, Robert Arnold. Mais aucune date n'aurait encore été fixée avec eux pour en discuter.

Et d'ajouter: «chercher à attirer le pilote vedette à Nottwil, c'est contribuer à promouvoir l'économie dans le canton. Le responsable cantonal chargé de l'implantation des nouvelles entreprises Alois Amstad oeuvre d'ailleurs très activement au sein de la task force «Schumacher».

Pas encore d'arrangement fiscal

Contrairement aux rumeurs, aucun arrangement n'a encore été conclu avec Michael Schumacher, souligne le syndic de Nottwil, sans vouloir s'avancer plus.

Le champion devrait être imposé selon ses dépenses, comme les autres étrangers qui vivent en Suisse sans y avoir d'activité lucrative. L'estimation des dépenses laisse, bien entendu, une certaine marge de manœuvre.

Par ailleurs, la commune de Nottwil fait miroiter d'autres avantages à Michael Schumacher, comme une autorisation spéciale pour atterrir sur l'aérodrome d'Emmen ou encore un permis en zone agricole pour y construire les écuries des chevaux de Mme Schumacher.

Interpellation parlementaire

Les socialistes lucernois crient déjà au favoritisme. Ils envisagent de déposer une interpellation à la mi-septembre, lors de la prochaine session du Grand Conseil. Quant au syndic, il ne veut pas entendre parler de privilèges: «nous suivons les procédures habituelles». Tout en concédant que ces dernières sont plus accélérées que de coutume.

swissinfo avec les agences

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article