Nouveau rassemblement des démocrates de Hong Kong

Plusieurs milliers de militants démocrates de Hong Kong ont défilé en silence dimanche pour dénoncer les conditions d'organisation des élections de 2017 et ce qu'ils considèrent comme une "trahison" de Pékin. Les organisateurs ont fait état de 4000 manifestants, la police d'un peu moins de 2000.

Le mouvement "Occupy Central with Love and Peace" (OCLP) fustige le refus de Pékin d'accepter des élections pleinement démocratiques pour désigner le futur dirigeant du territoire. Selon le Parlement chinois, les candidats devront être des "patriotes" préalablement sélectionnés par un comité dont les 1200 membres seront désignés par les autorités.

Les manifestants, qui portaient des rubans de tissu noir, ont également brandi des drapeaux britanniques - le territoire, ancienne possession britannique, a été restitué à la Chine en 1997 - et des banderoles appelant à de nouveaux actes de désobéissance civile.

Une contre-manifestation a attiré plusieurs dizaines de personnes, appelant les étudiants, nombreux au sein du mouvement de contestation, à étudier plutôt qu'à se mêler de politique. En début de soirée, aucun incident n'était signalé.

Inspiré par Gandhi

Dans le cadre de la rétrocession de 1997, Hong Kong bénéficie, en vertu du principe "Un pays, deux systèmes" d'un statut spécial avec une large autonomie et la promesse à terme - non spécifié - du "suffrage universel".

Né au début de l'année autour d'un universitaire de Hong Kong, Benny Tai, qui a appelé les pro-démocrates à s'inspirer des pratiques de désobéissance civile de Gandhi, le mouvement "Occupy Central with Love and Peace" a organisé en juin un référendum officieux sur le suffrage universel. Quelque 800'000 personnes s'y sont prononcées pour des élections libres.

En juillet, près d'un demi-million de partisans pro-démocrates ont manifesté dans le quartier financier de Hong Kong - un chiffre à rapporter aux sept millions d'habitants du territoire. La police avait alors procédé à un demi-millier d'arrestations.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article