Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Nouveau scandale politique au Tessin

L'affiche de Filippo Lombardi lors des dernières élections fédérales.

(Filippo Lombardi)

Les démocrates-chrétiens tessinois prennent leurs distances avec le sénateur Filippo Lombardi soupçonné d’avoir gonflé les tirages du quotidien Giornale del Popolo.

Ce n’est pas la première fois que cet élu du canton du Tessin au Sénat (Conseil des Etats) défraye la chronique.

Le parlementaire tessinois Philippo Lombardi perd ses charges au sein de la direction de son parti au niveau cantonal.

Le Parti démocrate chrétien (PDC) tessinois vient en effet décider de l’exclure de toutes ses fonctions, y compris au sein du comité directeur de la section cantonale du parti.

Toutefois, Philippo Lombardi conserve son mandat parlementaire au sein du Conseil des Etats, la Chambre haute du parlement helvétique.

Mais la présidence du PDC tessinois se réserve la possibilité de prendre d’autres mesures selon l’évolution de l’enquête menée à son encontre.

Le Sénateur (conseiller aux Etats) est en effet soupçonné d’avoir gonflé le tirage du quotidien catholique Giornale del Popolo.

Lundi, le ministère public tessinois a ouvert une enquête contre le politicien pour faux dans les documents. Une investigation qui concerne également d’autres anciens responsable du titre.

Une affaire vieille de dix ans



Les faits incriminés remonte à 1994 lorsque Philippo Lombardi était rédacteur en chef du quotidien édité par l’évêché de Lugano.

«A cette époque, je n’étais qu’un jeune journaliste passionné et pas encore politicien », a-t-il déclaré mardi sur les ondes de la Radio suisse italienne (RSI).

Reconnaissant partiellement les faits, l’actuel directeur de la télévision locale Tele Ticino a également affirmé que le gonflement du tirage du journal avait pour seul but de sauver le titre.

Quoi qu’il en soit, l’affaire scandalise le canton italophone. En témoigne le sondage en ligne lancé sur le site internet de RSI. 76 % des internautes estiment que Philippo Lombardi doit lâcher son mandat de parlementaire.

A noter que cette affaire est la dernière casserole traînée par le politicien tessinois.

En effet, Philippo Lombardi a défrayé maintes fois la chronique en tant que chauffard multirécidiviste. Une conduite qui lui a d'ailleurs valu plusieurs condamnations.

D’autres scandales



Ce n’est pas la première fois qu’un élu tessinois sort de la légalité. Durant les années 90, le leader populiste Giulano Bignasca a été à plusieurs reprises condamné pour escroquerie, faux dans les titres et consommation de cocaïne. Tout comme un autre représentant de la Ligue des Tessinois, Flavio Maspoli, condamné pour faux dans les titres et banqueroute.

De là à penser que le Tessin est en passe de se transformer en république bananière, il n’y a qu’un pas que certains collègues parlementaires de Philippo Lombardi n’ont pas hésité à franchir.

Reste que le Tessin n’est pas l’unique canton terni par ce genre d’affaires. Et le cas de Philippo Lombardi ébranle une fois de plus la crédibilité de la classe politique helvétique.

swissinfo avec les agences

Faits

1981- 1987 : Philippo Lombardi est secrétaire général des Jeunesses démocrates-chrétienne à Bruxelles.
1987-1996 : Il est redacteur en chef du Giornale del Popolo.
1996 : Il crée la tv locale TeleTicino.
1999: Philippo Lombardi est élu à la chambre des cantons du parlement suisse.

Fin de l'infobox

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.