Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Nouvelle poussée de fièvre contre la Gay Pride de Sion

La Gay pride suscite toujours le débat en Valais

(Keystone)

Quelques 150 personnes ont manifesté, lundi à Sion, pour s'opposer à la tenue de la Gay Pride dans cette ville le 7 juillet prochain. Proches des milieux intégristes, les manifestants entendaient inciter la classe politique valaisanne à interdire la manifestation homosexuelle.

Ces opposants, essentiellement des mères avec leurs enfants, se sont rassemblés sur le parvis de la cathédrale de Sion et ont attendu les parlementaires valaisans au sortir de la messe qui ouvre traditionnellement chaque session du Grand Conseil.

Proclamant vouloir protéger leurs enfants du spectacle jugé scandaleux qu'offrirait la Gay Pride, les manifestants espéraient inciter les parlementaires valaisans à œuvrer à l'interdiction du défilé de la fierté homosexuelle.

Mais comme l'a rappelé le député Jean-François Fournier devant les caméras de la Télévision suisse romande, une telle décision est du ressort des autorités communales.

Selon les manifestants, l'association Romandit qui s'était vigoureusement opposée, il y a quelques semaines, à la tenue de la Gay Pride ne serait pas à l'origine de la manifestation.

Mais une chose est sure: les activistes de Romandit et les manifestants de lundi sont tous deux proches des catholiques intégristes d'Ecône.

«Cette année, les réactions suscitées par la Gay Pride sont nettement plus fortes que lors des éditions précédentes de la manifestation ailleurs en Suisse. Ca doit donc être un particularisme valaisan», juge Jean-Paul Guisan, de l'association Pink Cross.

Jean-Paul Guisan poursuit: «Mais il est encore trop tôt pour savoir s'il s'agit d'un phénomène émergent ou d'un baroud d'honneur pour une expression minoritaire».

Jean-Paul Guisan ne conteste pas d'emblée le droit à ces opinions conservatrices de s'exprimer : «Nous avons, nous-même, trop souvent été privés de débats. Mais nous condamnons par contre les propos haineux pratiquant l'amalgame qui ont parfois marqué cette campagne contre la Gay Pride de Sion».

Frédéric Burnand


Liens

×