Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Nouvelles têtes pour les Femmes radicales et PDC

Sybille Burger-Bono présidente sortante des Femmes PDC (à droite), félicite sa remplaçante, Marianne Dürst-Kundert.

(Keystone)

Samedi, la Glaronnaise Marianne Dürst-Kundert a été élue nouvelle présidente des Femmes radicales et la Lucernoise Ida Glanzmann-Hunkeler de celles du Parti Démocrate-Chrétien (PDC).

L'assemblée générale de 95 déléguées des Femmes radicales a choisi, samedi à Berne, cette conseillère d'Etat glaronnaise de 40 ans pour succéder à Sibylle Burger-Bono. Mme Dürst-Kundert considère que sa tâche consistera à renforcer les liens et à faire entendre davantage la voix des femmes radicales.

Première femme au gouvernement glaronais, elle se voit comme une inspiratrice pour les femmes en politique. Brillamment élue en mars 1998, cette avocate dirige depuis trois ans le Département de l'intérieur et de l'économie publique de Glaris.

Députée au Grand Conseil bernois, Sibylle Burger-Bono se retire après quatre ans d'activité. Durant son mandat de présidente, elle s'est en particulier engagée pour l'assurance maternité. Samedi à Berne, les déléguées ont encore élu Christine Scheiber (SG) et Fabia Schild (BL) au comité directeur.

Du côté des femmes du Parti Démocrate-Chrétien (PDC), c'est la Lucernoise Ida Glanzmann-Hunkeler qui a été élue samedi à Wil (SG) à la présidence. Agée de 43 ans, cette députée au parlement cantonal était déjà vice-présidente. Les 70 déléguées présentes l'ont choisie pour succéder à la Valaisanne Brigitte Hauser-Süess.

La famille et la formation seront les thèmes privilégiés de Mme Glanzmann. La nouvelle présidente des Femmes PDC a cité notamment comme buts politiques l'allégement de la fiscalité pour les familles et l'accès à la formation pour tous dans toute la Suisse.

Mme Glanzmann veut aussi débattre de l'euthanasie. Les femmes PDC doivent présenter des arguments objectifs sur ce sujet et organiser de nombreuses séances d'information.

La nouvelle présidente veut également aborder la problématique des personnes âgées. Elle estime que les problèmes de manques de places dans les centres d'accueil, le maintien d'une AVS viable et les plans de rationalisation des caisses-maladie doivent être discutés.

Parmi les romandes élues au comité des Femmes PDC figurent les Valaisannes Catherine Donnet et Ariette Kammacher-Metry, la Jurasienne Evelyne Loetscher et la Fribourgeoise Dominique Nouveau Stoffel.

Les Femmes PDC ont donné leurs mots d'ordre en vue des votations fédérales du 10 juin. Elles se sont prononcées à l'unanimité pour la révision de la loi militaire. ElLes ont recommandé par 20 voix contre une la suppression de l'article sur les évêchés.

swissinfo avec les agences

×