Navigation

Noyez le Plateau qu'on voit la mer!

Vacances balnéaires à Gstaad ou à Villars? swissinfo.ch

A Bienne, sous le label «Territoire imaginaire», ce sont d'étonnantes projections de la Suisse qu'on peut voir. Cinq rêves entre utopie et cauchemar.

Ce contenu a été publié le 10 juillet 2002 - 23:06

Dans l'«Expopark» biennois, un vaste parallélépipède. Murs de verre et poutres apparentes. A l'intérieur, cinq espaces qui constituent l'exposition «Territoire imaginaire».

Cette exposition, financée par l'Union des Banques Cantonales Suisses, est le résultat d'un concours qui a vu s'affronter 80 groupes multidisciplinaires à propos de la relation qui existe entre le sol et la notion de territoire.

A l'arrivée, cinq équipes ont pu décliner chacune leur fantasme, d'où cinq «rêves» bien distincts.

Cauchemar des paysans, bonheur des surfeurs

Le premier rêve permet aux visiteurs, à travers des œilletons, de découvrir des paysages suisses apparemment artificiels, mais issus du réel.

Les paysages ont été photographiés, puis transformés en maquettes. On constate alors que le territoire helvétique est loin de ses forêts et de ses montagnes d'Epinal: la vraie vie, c'est plutôt des giratoires, des supermarchés, des aérodromes...

Le deuxième est le résultat d'une révolution politique: l'Etat a aboli le paiement direct et les subventions à l'agriculture. Que deviendrait alors le paysage helvétique? La réponse se trouve dans les huit écrans qui diffusent des reportages type journal télévisé.

Le troisième rêve permet de se promener au milieu d'une carte topographique suisse géante. Originalité: tout y est écrit en cyrillique. Normal... Il s'agit d'une carte établie par les services secrets soviétiques pendant la guerre froide.

On le sait, la Suisse est couverte de bunkers, percée de souterrains militaires... Tous y figurent. Des exemples de la reconversion de ces lieux - théoriquement - secrets témoignent des mutations en cours.

Le quatrième nous emmène au cinéma. Sur grand écran, on découvre «Swiss City», la métropole unique qui a phagocyté tout le territoire helvétique. Seuls coins de nature encore existant: les petits jardins familiaux. Le moindre brin d'herbe prend alors une dimension inconnue jusque là...

Last but not least, le cinquième rêve imagine une Suisse qui aurait été recouverte par la mer jusqu'à une altitude de 1400 mètres. N'émergent plus que les Alpes et les Préalpes, bordées de palmiers et squattées par les surfeurs. Golfe de Martigny, station balnéaire de Gstaad... Le visiteur, face à un vaste panorama, s'y croit.

Pour tous publics

L'exposition apparaît comme un peu disparate, et inégalement spectaculaire. Si la Suisse immergée frappe immédiatement les imaginations, c'est moins le cas avec d'autres «rêves».

Une disparité intentionnelle selon Pidu Russek, responsable des expositions de l'arteplage biennois: «Pendant la construction de l'Expo, les uns trouvaient les choses trop intellectuelles, les autres trop artistiques, d'autres encore trop populaires. Bien sûr, il faut un peu de tout, car le public est très hétérogène», explique-t-il.

Et d'ajouter: «Il y a des images très claires, très médiatiques, comme la Suisse inondée, pour le public qui passe vite, ou pour les écoles. Mais je voulais aussi donner une deuxième ou une troisième couche pour les visiteurs qui sont intéressées de façon plus pointue à un thème, en l'occurrence l'aménagement du territoire».

Sur les 38 expositions présentées dans le cadre d'Expo.02, la possibilité de lire les expositions sur plusieurs niveaux est d'ailleurs une constante. Et pourtant, le pari n'était pas gagné d'avance...

swissinfo/Bernard Léchot

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.