Navigation

Pékin a remplacé le chef de son autorité de régulation boursière

Ce contenu a été publié le 20 février 2016 - 04:45
(Keystone-ATS)

La Chine a remplacé le chef de son autorité de régulation boursière, a annoncé samedi l'agence officielle Chine nouvelle. Les appels à limoger le numéro un de la direction s'étaient multipliés depuis la débâcle boursière de l'été dernier.

Le Parti communiste au pouvoir a décidé que Xiao Gang, 57 ans, était "révoqué" de la direction de la Commission de régulation des marchés financiers (CSRC), selon Chine nouvelle. Liu Shiyu, 54 ans, actuel chef de l'Agricultural Bank of China - l'une des quatre plus grandes banques chinoises -, va remplacer M. Xiao.

Ce dernier était aux manettes de la Commission mi-2015 lors de la déroute boursière chinoise. L'index de référence de la Bourse de Shanghaï s'était alors effondré de presque un tiers, faisant s'envoler en fumée des milliers de milliards de dollars et secouant l'ensemble des marchés mondiaux.

La descente aux enfers avait commencé lorsque les régulateurs chinois avaient changé les règles d'utilisation de l'argent emprunté par les traders. Cette initiative avait fait fait éclater une bulle spéculative, alimentée surtout par le recours à la dette, qui avait vu l'index boursier de Shanghaï flamber de 150% en six mois.

Des appels au départ

Xiao Gang avait offert sa démission le mois dernier, selon plusieurs sources. Elle coïncidait avec les appels au départ de M. Xiao, nombreux et renouvelés lorsque la Commission avait mis en place un système de "coupe-circuit" en cas de variation brutale de la Bourse sur les marchés d'action.

Ce coupe-circuit a entraîné la fermeture très rapide des Bourses de Shanghaï et Shenzhen à deux reprises durant ses quatre jours d'existence, provoquant une nouvelle tempête financière mondiale.

Finalement, le système a été suspendu le 8 janvier. "Après avoir pesé le pour et le contre, il s'avère que les effets négatifs l'emportent sur les effets positifs. C'est pourquoi, afin de maintenir la stabilité des marchés, le CSRC a décidé de suspendre le mécanisme de coupe-circuit", avait annoncé l'autorité de supervision des marchés.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.