PARIS 7 - Une Chambre de commerce... fragile

L'immeuble de la rue des Messageries. swissinfo.ch

Nichée dans une modeste rue du 10e Arrondissement de Paris, la Chambre de commerce suisse en France n'occupe plus qu'une seule employée permanente.

Ce contenu a été publié le 11 décembre 2006 - 11:50

La vénérable institution, née en 1918, vit des jours difficiles. Car la promotion économique suisse a changé.

Une rue discrète. Un bâtiment élégant, mais guère ostentatoire, qui abrite également l'Ecole Suisse internationale de Paris, créée en 1933. On est surpris de découvrir la Chambre de commerce à la rue des Messageries, à deux pas de la gare du Nord et de la gare de l'Est.

«Il y a dix ans, nous avions une quinzaine de personnes à Paris et des bureaux avenue de l'Opéra... Tout a changé il y a quatre, cinq ans», constate Ariane von Wild, dont le sourire compense la simplicité des lieux.

Restructuration drastique

Tout a changé, c'est-à-dire que la Confédération a coupé le robinet financier. «Nous sommes une organisation privée, nous n'avons pas de soutien de la Suisse, aucun lien avec un département fédéral. Nous ne vivons aujourd'hui que des cotisations de nos membres», explique Ariane von Wild.

«Nous devons nous battre afin d'avoir de temps en temps des contrats avec l'Osec ou le seco, pour décrocher de petits budgets», dit-elle en évoquant l'Osec Business Network Switzerland, qui, sur mandat fédéral, travaille à la promotion économique suisse dans le monde, et le Secrétariat d'Etat à l'économie.

De l'Opéra à la rue des Messageries, ce changement d'adresse - dans un milieu où l'image compte - nuit-il à la Chambre de commerce ? «Directement, non. Mais les visiteurs qui viennent sont toujours un peu étonnés de voir que nous ne sommes pas dans un arrondissement plus prestigieux, plus institutionnel. Surtout que l'image de la Suisse, c'est le prestige et l'argent, alors que nos locaux sont plutôt modestes», constate Ariane von Wild.

Osec, seco, 'Présence suisse', centre d'affaires 'Swiss business hub' intégré au bâtiment de l'ambassade de Suisse... En matière de promotion économique, la Confédération helvétique semble donc désormais avoir misé sur d'autres chevaux que les traditionnelles - et privées - chambres de commerce.

Mise en relation

Ariane von Wild continue néanmoins de croire à sa mission: «La Chambre de commerce reste un interlocuteur privilégié pour bon nombre d'entreprises françaises et suisses.»

Son atout ? «La mise en relation. C'est ce qui fait notre force, puisque nous sommes là depuis presque 100 ans, que nous avons des liens privilégiés avec les grandes entreprises et de très bons rapports avec les organismes institutionnels suisses et français», répond-elle. Une autre partie du travail d'Ariane von Wild consiste à organiser des manifestations – soirées, cocktails, conférences, visites etc.

Les services demandés à la Chambre de commerce sont-ils payants? «Tout ce qui est service de premier niveau – recherches d'entreprises en France, en Suisse – est gratuit. Quand nous avons des questions plus spécifiques, qui demandent de recourir à des professionnels, nous faisons de la mise en relation grâce à notre vaste fichier d'adhérents. Ensuite, c'est à ceux-ci de facturer leurs services ou non», explique-t-elle.

Une «Maison Suisse de Paris»?

Des locaux modestes, une unique employée permanente qui jongle avec ses différentes fonctions... la crainte d'aller dans le mur est-elle présente? «Oui, c'est une crainte que nous avons de temps en temps. L'envie et la rage de continuer sont là, le nombre d'appels que nous recevons démontre notre utilité, mais la sensation d'être Don Quichotte face aux moulins à vent est un peu frustrante.»

Pour changer cette situation, le nouveau président de la Chambre de commerce, Maximilien de Wattwil, a un projet. «Il souhaiterait créer une 'Maison Suisse de Paris', qui regrouperait plusieurs associations, un lieu central où les Suisses pourraient se réunir, lire la presse, se rencontrer. Le problème est évidemment le manque de moyens. L'idée serait de trouver un financement en Suisse, public ou privé», explique Ariane von Wild.

De son côté, Michel Ferla, vice-directeur de Suisse Tourisme, en poste à Paris, met un bémol à cette idée: «Le bâtiment de la Rue Scribe était une 'Maison Suisse'. Et, malheureusement, les Suisses qui se trouvaient dans cette maison - il y avait des banques, des assurances - l'ont quittée.»

«Il faut savoir que les grandes marques sont établies, qu'elles ont souvent leur propre bâtiment, les choses sont différentes d'il y a 30 ou 50 ans. On peut imaginer que l'intérêt serait plutôt pour des petites ou moyennes sociétés qui aimeraient se regrouper pour avoir une adresse à Paris», constate Michel Ferla.

Qui ne ferme pas sa porte pour autant: «L'immeuble de la rue Scribe, qui appartient à Suisse Tourisme depuis 1973, est ouvert à n'importe quelle société suisse qui voudrait s'y établir. Nous avons encore des locaux à louer. Si la Chambre de commerce souhaite y venir, nous n'avons aucune objection. Simplement, comme c'est une société qui gère cet immeuble, il y a évidemment des coûts au mètre carré, liés au marché».

Au vu de la situation actuelle de l'immobilier à Paris, le retour de la Chambre de commerce dans le quartier de l'Opéra n'est peut-être pas pour tout de suite.

swissinfo, Bernard Léchot à Paris

Faits

Chambre de Commerce Suisse en France, 10, rue des Messageries, 75010 Paris (Métro: Poissonnière).
Tél.: (0)1.48.01.00.77.

End of insertion

Chambre de Commerce suisse en France

La Chambre de Commerce Suisse en France, association à but non lucratif, a été créée en 1918 par un groupe de sociétés suisses déjà présentes à l'époque à Paris.

Elle est organisée en 4 sections: Région Paris Ile-de-France, Région Rhône-Alpes Auvergne, Région Sud Est Méditerranée et Région Grand Est.

Les régions sont financièrement autonomes, mais la partie administrative (dont la gestion du site web) se fait au bureau de Paris, rue des Messageries, qui est à la fois le siège général et celui de la région 'Paris Ile-de-France'.

End of insertion

France-Suisse

La Suisse figure au second rang des excédents d'exportation de la France dans le monde, elle est son 8ème partenaire économique et figure au 5ème rang des investisseurs étrangers.

La France est le 3ème partenaire économique de la Suisse après l'Allemagne et les Etats-Unis.

Plus de 510 entreprises industrielles suisses sont installées en France, employant 75'000 salariés.

Dans quels secteurs ? «Toutes les grandes entreprises représentées en France depuis longtemps – Nestlé, Novartis, Roche et les grandes banques – et ensuite, on saute de la grosse entreprise à la PME ou à la TPE. Notamment dans les secteurs de l'agroalimentaire, de l'informatique, de l'industrie mécanique» selon Ariane von Wild.

End of insertion

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article