Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Pas de transfert de Novartis aux Etats-Unis...

Selon Daniel Vasella, les grands groupes investissent de plus en plus aux Etats-Unis parce que les rendements y sont meilleurs.

(Keystone)

Il n'y a pas pour l'heure de projet concernant un éventuel transfert aux Etats-Unis des activités opérationnelles de Novartis, selon Daniel Vasella. Le patron du groupe bâlois a tenu à préciser des propos qui avaient donné lieu à des spéculations la semaine dernière.

Lors d'une rencontre de la Chambre de commerce américano-suisse lundi dernier, Daniel Vasella avait donné l'impression que Novartis pourrait envisager de porter l'essentiel de son poids opérationnel sur les Etats-Unis. Dans une interview à l'hebdomadaire «SonntagsBlick» de dimanche, il déclare toutefois que «ce genre de projet n'existe pas».

Il explique par contre que les grands groupes pharmaceutiques ont nettement perdu du terrain en Europe. Par conséquent, ils investissent de plus en plus outre-Atlantique, notamment aux Etats-Unis où les rendements sont plus élevés.

Selon Daniel Vasella, les Etats-Unis sont plus favorables à la recherche et à la relève. Et il y a moins de prescriptions légales handicapantes pour les entreprises qu'en Europe, souligne-t-il.

Pour ce qui concerne la baisse de valeur de l'action Novartis la semaine dernière, Daniel Vasella y voit une bonne occasion pour le groupe de racheter une partie de ses propres titres. Les marchés financiers montrent actuellement une tendance aux exagérations, estime-t-il.

La notification préliminaire de non-approbation du Zelmac, un médicament contre les douleurs du côlon, par les autorités sanitaires américaines (FDA) avait fait plonger le titre de plus de 7 % mardi, à 63,10 francs. Il s'agissait de la plus forte baisse sur un jour depuis la fusion, en 1996, entre Ciba-Geigy et Sandoz.

Vendredi, Novartis avait une nouvelle fois souffert à la Bourse suisse suite au retrait des produits alimentaire «fonctionnels» Aviva et à un nouveau mauvais pas d'un médicament de la firme, le Glivec (destiné au traitement de la leucémie). Le titre avait terminé à 62,35 francs, en baisse de 3,9 % sur son cours de clôture de la veille.

swissinfo avec les agences


Liens

×