Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Patience pour la restitution des fonds Abacha

La ministre suisse de la Justice Ruth Metzler avec la ministre nigériane des Finances Ngozi Okonjo Iweala .

(Keystone)

La ministre nigériane des Finances, Ngozi Okonjo Iweala, a appelé jeudi la Suisse à restituer aussi vite que possible les fonds Abacha.

Berne s'est engagé à accélérer les discussions en ce sens avec Genève qui a fait bloquer la majeure partie des 640 millions de dollars litigieux.

«Les discussions mercredi avec la conseillère fédérale et jeudi avec l'Office fédéral de la justice ont été très constructives», a déclaré Mme Iweala lors d'une conférence de presse à Berne.

Elle espère un retour rapide à Lagos des fonds de l'ex-dictateur Sani Abacha, afin de contribuer aux énormes besoins en infrastructures de son pays.

Une priorité, mais patience…

Le directeur de l'Office fédéral de la justice (OFJ), Heinrich Koller, a pour sa part répété que cette affaire était une priorité pour Berne.

«La Suisse a tout intérêt à démontrer que sa place financière n'accueille pas l'argent des dictateurs», a-t-il déclaré, précisant qu'il en allait de la crédibilité de la législation suisse en la matière.

Il a toutefois tempéré les ardeurs du gouvernement nigérian en précisant qu'il fallait suivre les procédures légales.

Sur les 640 millions de dollars bloqués en Suisse à la demande de Lagos, 560 millions l'ont été dans le cadre d'une procédure pénale engagée à Genève qui est encore en cours.

Il s'agit désormais de discuter avec les autorités genevoises des moyens de rendre ces fonds le plus rapidement, a précisé Heinrich Koller.

Probablement en 2004

«La remise de l'ensemble des fonds pourrait aboutir dans le courant de l'année prochaine», a-t-il dit. Cette échéance tient compte d'un éventuel recours de la famille Abacha devant le Tribunal fédéral et du temps que prendra la Cour suprême pour trancher.

L'avocat genevois du gouvernement nigérian s'est déclaré très satisfait de ces futures discussions. Pour Enrico Monfrini, «beaucoup de temps a déjà été perdu».

«Il faut, selon lui, que Genève accepte de lever la saisie cantonale des fonds Abacha au profit de la Confédération qui décidera ensuite de les restituer au Nigeria».

Avocat de la famille mécontent

L'avocat de la famille Abacha, Bruno De Preux, qui n'était pas invité à Berne, s'est dit mécontent de ces entretiens politiques. Il a d'ores et déjà prévu de faire opposition devant le Tribunal fédéral à une restitution de l'argent au Nigeria.

Mais il ne perd pas espoir de trouver une solution négociée avec le gouvernement nigérian. Un précédent arrangement trouvé en 2002, accordant 520 millions à l'Etat du Nigeria et cent millions à la famille Abacha, avait pourtant été rejeté par le fils de l'ancien dictateur.

Selon certaines estimations, l'ex-dictateur décédé en 1998 et ses proches auraient détourné 2,2 milliards de dollars (environ trois milliards de francs) entre 1993 et 1998, au préjudice de la Banque centrale du Nigeria.

swissinfo et les agences

Faits

L'ex-dictateur nigérian Sani Abacha est décédé en 1998.
Lui et ses proches auraient détourné deux milliards de dollars entre 1993 et 1998.
640 millions de dollars ont été bloqués en Suisse à la demande de Lagos.
560 millions l'ont été dans le cadre d'une procédure pénale en cours à Genève.

Fin de l'infobox


Liens

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.