Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Plus de personnel dans les ambassades suisses

Le personnel local des ambassades est plus sujet aux intimidations.

(Keystone Archive)

Suite à plusieurs cas de corruption, le Département fédéral des affaires étrangères a décidé d’engager plus d’employés suisses dans ses ambassades à l'étranger.

Les pressions économiques de ces dernières années avaient obligé le DFAE à rechercher des collaborateurs locaux. Mais la solution ne s’avère pas optimale.

Ces dernières années, le département (ministère) a été contraint de remplacer une partie du personnel consulaire en poste à l'étranger par des collaborateurs locaux, a expliqué le porte-parole du DFAE Alessandro Delprete, confirmant une information du Tages Anzeiger.

Et cette «régionalisation» devrait se poursuivre à la suite du programme d'allègement budgétaire 2004. Selon lui, l'engagement de personnel local est toutefois particulièrement «délicat» dans le domaine des visas.

Un problème de sécurité

Parmi les problèmes qui se posent, Alessandro Delprete cite notamment le manque de connaissances du personnel au sujet de la Suisse et les difficultés de contrôler, voire sanctionner, les employés locaux qui auraient commis des fautes.

S'y ajoutent des problèmes liés à la sécurité. Le personnel local, qui occupe depuis plusieurs années la même place et ne peut être remplacé, est de ce fait plus sujet aux tentatives d'intimidation et aux menaces.

Pour cette raison, le DFAE envisage d'engager «plus de personnel suisse pour traiter les demandes de visas». Comme cela ne va pas sans un surcroît de dépenses, les services du ministre des Affaires étrangères Micheline Calmy-Rey n'excluent pas de présenter une requête spéciale au gouvernement.

Six affaires

Le Ministère public de la Confédération (MPC) soupçonne que des visas aient pu être délivrés en échange d'argent ou de cadeaux dans des représentations helvétiques du Nigeria, du Pérou, de Russie, d'Oman, de République démocratique du Congo (RDC) et de Serbie.

La justice d'Oman a en outre condamné en mars un homme de nationalité bangladaise pour trafic de visas suisses.

L'homme aurait corrompu l'ancien adjoint du consul honoraire de Suisse, en place dans la capitale Mascate, pour se procurer des visas. Une enquête préliminaire a été ouverte en Suisse contre l'ancien diplomate. Les investigations sont encore en cours dans les cinq autres affaires.

swissinfo et les agences

En bref

- Chaque année, la Suisse délivre 500'000 visas. Et elle refuse environ 40'000 demandes de visas.

- Le Ministère public de la Confédération (MPC) soupçonne que des visas aient pu être délivrés en échange d'argent ou de cadeaux dans des représentations helvétiques du Nigeria, du Pérou, de Russie, d'Oman, de République démocratique du Congo (RDC) et de Serbie.

Fin de l'infobox


Liens

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.








Rejoignez notre page Facebook en français!

×