Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Achat des Saab Gripen La Suède, un ami un peu trop pressant



En Suisse, le Saab Gripen risque de plus en plus de rester au stade du modèle réduit.

En Suisse, le Saab Gripen risque de plus en plus de rester au stade du modèle réduit.

(Keystone)

De nouvelles révélations confirment le rôle très actif de l’ambassadeur de Suède dans le cadre de la procédure d’achat d’avions de combat Saab Gripen par la Suisse. Embarrassant pour les partisans de l’avion suédois à moins d’un mois du vote populaire.

Le rôle très actif de l’ambassadeur Per Thöresson dans le cadre de la campagne en vue de la votation du 18 mai avait déjà été révélé en février dernier par la radio publique suédoise. Selon de nouveaux documents publiés mardi par la même source, il s’avère qu’il est également intervenu dans le processus parlementaire.

Des propos gênants

Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Propos peu flatteurs

Selon le site en anglais de Radio Sweden, l'ambassadeur Per Thöresson a pris une part active dans la période qui a précédé la décision de la Commission de politique de sécurité du Conseil national. Celle-ci s’était prononcée en faveur de l'achat des Gripen en août 2013.

Toujours selon ces documents, l'ambassadeur a rencontré avant cette échéance Philipp Müller, président du Parti libéral-radical (PLR / droite) et conseiller national, ainsi que le président de la commission, le démocrate du centre (UDC / droite conservatrice) Thomas Hurter.

En outre, l'ambassadeur tient des propos peu flatteurs à l'encontre du ministre suisse de la Défense Ueli Maurer, révèlent encore les notes en anglais. Le Suédois dépeint comme un risque le fait que le ministre UDC s'exprime pendant la réunion de la commission.

Une casserole de plus donc pour un Ueli Maurer qui multiplie les maladresses dans cette campagne. Récemment, il s’était vivement emporté lors d’une émission de la télévision alémanique face aux questions «tendancieuses» d’un journaliste. Et il y a quelques jours, il avait froissé les sensibilités féminines en plaidant pour le remplacement des vieux avions. «Combien d’ustensiles vieux de 30 ans avez-vous encore à la maison? Chez nous, il n’y en a plus beaucoup, à l’exception bien sûr de la femme, qui s’occupe des tâches ménagères», a-t-il déclaré lors d’un meeting.

Ueli Maurer perd ses nerfs

Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Des «Pieds nickelés»

La presse de ce mercredi fait largement écho à ces nouvelles révélations parfois qualifiées de «Gripengate» (Le Courrier) ou encore de «Gripen-leaks» (Handelszeitung). Mais ce n’est pas forcément le rôle de l’ambassadeur de Suède qui est remis en cause.

«Intervenir en faveur des intérêts économiques de son pays fait partie de son job. L’intervention de l’ambassadeur n’est donc pas un scandale, mais elle est révélatrice – elle montre en effet comment le lobbying peut être délicat et parfois contre-productif», écrit par exemple le Bund.

En revanche, les journalistes se montrent plus critiques envers les politiciens suisses. «Les tentatives d’influence par des lobbyistes font partie de la vie d’un parlement. Et c’est le travail d’un parlementaire de se procurer toutes les informations importantes – également auprès de l’ambassade de Suède si cela s’avère nécessaire. Mais ces nouvelles révélations jettent une lumière crue sur le processus d’achat. Lorsque le parlement traite d’une affaire à plusieurs milliards, la commission préparatoire devrait être informée de manière détaillée. Et pas simplement des membres choisis lors de rencontres clandestines dans des ambassades étrangères», note ainsi le Tages-Anzeiger.

Le Matin consacre pour sa part tout un encadré intitulé «Comment il se vante d’avoir manipulé les élus suisses». Le quotidien populaire romand écrit: «Au mieux, ils sont décrits comme de bons petits soldats, au pire comme d’inconsistantes marionnettes ou d’incontrôlables gaffeurs. Sous la plume de l’ambassadeur zélé chargé de faire du lobbying pour le Gripen, le conseiller fédéral Ueli Maurer et plusieurs parlementaires passent carrément pour des Pieds nickelés.»

Nouvel ambassadeur

Le quotidien alémanique Tages-Anzeiger a annoncé mercredi que l’ambassadeur Per Thöresson quittera Berne à l’automne, ce que confirme le gouvernement suédois. Il était en poste depuis 2006.

Il sera remplacé par Magnus Holm, actuellement ambassadeur à la Coopération nordique (association des pays scandinaves).

Ce remplacement n’est pas lié à la polémique sur le Gripen et intervient dans le cadre de la rotation normale des ambassadeurs, a déclaré un porte-parole du gouvernement suédois au Tages-Anzeiger.

Fin de l'infobox

Réaction allergique

Les sondages montrent que le Gripen peine à convaincre les citoyens. Selon le plus récent, l’achat serait refusé par 52% des personnes interrogées et refusé par 40%, alors que 8% sont encore indécises.

Pour la presse, il est clair que ces nouvelles révélations – que Le Matin qualifie même d’«explosives» - ne vont pas aider le camp des partisans du Gripen.

«Peu de temps avant la votation, ces révélations font office d’aubaine pour le GSsA [Groupe pour une Suisse sans armée]. Beaucoup de Suisses réagissent de manière allergique à tout ce qui apparaît comme des manœuvres de coulisses», commente le Bund.

swissinfo.ch


Liens

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

×