Climat: la Suisse est prête à s’aligner sur l’UE

La Suisse est prête à suivre les Européens pour contribuer au fonds mondial en faveur des pays pauvres, les plus vulnérables face au réchauffement climatique. Selon le ministre de l’Environnement Moritz Leuenberger, la somme pourrait atteindre 150 millions de francs par an.

Ce contenu a été publié le 13 décembre 2009 - 16:43

Vendredi dernier, l'Union européenne (UE) a annoncé une aide de 7,2 milliards d'euros sur trois ans (2010, 2011, 2012) aux pays les plus pauvres. Ce chèque européen doit alimenter un pot mondial financé par les pays riches de près de 7 milliards d'euros par an.

Moritz Leuenberger s'est montré ouvert à une contribution suisse, tout en soulignant que le Parlement aurait le dernier mot. Elle sera comparée à la clé de répartition entre les 27 pays membres de l'UE et de fait pourra osciller entre 10 et 100 millions d'euros (15 à 150 millions de francs), a indiqué le ministre dans une interview au journal dominical NZZ am Sonntag.

La Suisse consacre actuellement environ 80 millions de francs par an de fonds publics pour financer des mesures d'atténuation et d'adaptation dans les pays en développement.

Moritz Leuenberger a encore qualifié de signal encourageant l'annonce de Bruxelles pour réduire jusqu'à 30% ses émissions de gaz à effet de serre d'ici 2020 si d'autres grands pays industriels suivent. Si l'UE se lance dans cet objectif, la Suisse s'y associera.

«Nous attendons encore la fin de la conférence et nous ne serons prêts à élever nos objectifs que lorsque des pays comme les Etats-Unis et la Chine s'engageront à de réels efforts», a toutefois précisé le ministre.

swissinfo.ch et les agences

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article