Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Complexe alpin La crise rattrape le projet Sawiris à Andermatt

Le squelette du futur hôtel 5 étoiles accueille les visiteurs dès leur arrivée en train.

Le squelette du futur hôtel 5 étoiles accueille les visiteurs dès leur arrivée en train.

(swissinfo.ch)

Des doutes ont surgi récemment autour du projet immobilier de Samih Sawiris à Andermatt (Uri). En cause: la crise financière ainsi que des incertitudes sur l’agrandissement du domaine skiable. Sur place, les habitants sont partagés entre espoir et inquiétude.

Le printemps arabe n’a pas laissé indemne le groupe Orascom Development de l’homme d’affaires égyptien Samih Sawiris. Basée à Altdorf et cotée à la bourse suisse, la société doit faire face au recul du tourisme et du marché immobilier en Egypte, son principal marché.

Le groupe a récemment annoncé que Samih Sawiris prêterait, en 2012, quelque 125 millions de francs provenant de sa fortune personnelle à Orascom Development. Andermatt est actuellement son projet phare: 72% des investissements décidés pour cette année concernent la station des Alpes uranaises.

De plus, les ventes des appartements et des villas, en construction, ne progressent que lentement. Orascom vise les riches acheteurs européens, mais la crise de la zone euro, alliée au franc fort, ne facilite pas les affaires.

Un bilan intermédiaire sera présenté lors d’une conférence de presse le 14 février. Samih Sawiris a déjà annoncé que les objectifs de 2011 n’ont pas été tout à fait atteints. Certains médias se posent aussi des questions sur les méthodes de vente elles-mêmes, évoquant un système de «pay-to-build» qui reviendrait à obliger les entrepreneurs sous-traitants à acheter des appartements. Le centre touristique, «Andermatt Swiss Alps» (ASA) rejette ces allégations.

Décision sur le domaine skiable

Les médias ont évoqué une autre source de difficultés: les discussions pour développer de nouvelles liaisons skiables (entre Andermatt, dans le canton d’Uri et Sedrun, dans les Grisons) progresseraient lentement. Quatre entreprises, dont l’ASA et un partenaire suédois, sont en tractation, sous l’égide du gouvernement uranais.

Une étude de l’Université de Lucerne recommande de réduire l’enveloppe du projet de 213 millions de francs à 130 millions. Des décisions pourraient être prises à fin février.

S’il s’agit de projets différents, le centre de vacances et le domaine skiable dépendent néanmoins étroitement l’un de l’autre. «Le touriste moderne qui réserve un hôtel à quatre ou cinq étoiles en hiver s’attend à trouver des pistes de même qualité», explique Urs Wagenseil, professeur de tourisme et d’économie à l’Université de Lucerne, interrogé par swissinfo.ch.

Or, les premières chambres à louer au nouveau «village» d’Andermatt devraient être terminées durant l’hiver 2013/14. Il faut dire que le projet avait initialement été conçu dans une perspective de tourisme estival. La dimension «ski» a été ajoutée après coup.

Habitants partagés

A Andermatt, la saison a démarré très mollement. Les abondantes chutes de neige ont bloqué les trains pendant des jours et le franc suisse, encore lui, péjore les réservations.

La structure du futur Chedi Hotel, un cinq étoiles qui sera le premier à ouvrir, se dresse tout près de la gare. Mais, avec l’hiver, les travaux tournent plus qu’au ralenti. Lorsqu’on demande aux habitants ce qu’ils pensent des articles négatifs parus ces derniers temps sur le projet de Sawiris, ils font de grands yeux mais se taisent.

La plupart des gens disent ne pas se faire de soucis. «Aucune inquiétude à avoir», dit cet hôtelier. «Nous avons de la chance d’avoir un investisseur pour notre localité», ajoute ce commerçant. Samih Sawiris amène beaucoup de monde ici. Mais, pour avoir du succès, vous ne pouvez compter que sur vous-mêmes.»

Pourtant, d’autres personnes ne cachent pas leur nervosité grandissante. Un groupe de citoyens a ainsi créé un site internet dénommé «bergstimme.ch» («la voix de la montagne») pour évoquer le projet de domaine skiable.

Information défaillante

«Les informations ne circulent pas bien, relève Kevin Obschlager, co-propriétaire du River House Boutique Hotel et l’un des organisateurs du site internet. Nous ne pouvons pas rester ici sans rien faire. Ce projet a du retard. Une des raisons empêchant les gens d’acheter des appartements est que le domaine skiable n’a pas encore été approuvé. Or c’est une des clés du succès.»

L’hôtelier dit ne pas s’être inquiété au début, mais les retards du projet de domaine skiable commencent désormais à le préoccuper. «Si le projet échouait ou était suspendu à cause de la crise économique, ce sont les habitants d’Andermatt qui seront les grands perdants.»

Un test pour la Suisse

Pour Christian Lässer, directeur du Centre de recherche sur le tourisme et les transports à l’Université de St-Gall, «Andermatt est un test pour la Suisse: il permettra de voir si le développement d’un tel centre touristique est possible et si ce type de modèles d’affaires l’est. Le marché immobilier est cyclique, les projets fleurissent et déclinent tour à tour.»

Les responsables d’Andermatt Swiss Alps eux continuent à se montrer rassurants: «le projet suit son cours», affirment-ils.

DOMAINE SKIABLE

En 2011, les cantons d’Uri et des Grisons ont donné leur feu vert au développement du domaine skiable entre Andermatt et Sedrun, en passant par le col de l'Oberalp. La compagnie suédoise SkiStar a été sollicitée pour développer les installations, avec les «Andermatt-Gotthard Sportbahnen» (AGS), les «Sedrun Bergbahnen» (SB) et le projet d’Andermatt Swiss Alps.

En l’état, l’investissement est devisé à 140,8 millions de francs. Le nouveau domaine compterait 100 kilomètres de pistes et 18 nouvelles remontées mécaniques.

Le canton d’Uri affirme que le projet se justifie d’un point de vue économique et environnemental également.

Pour le président de l’AGS, l’ancien député uranais Franz Steinegger, il faudrait investir par étapes pour ne pas devoir solliciter les fonds publics en cas de déficit.

Le Club alpin suisse est également sceptique et craint un trop gros impact sur le paysage.

Fin de l'infobox

ANDERMATT SWISS ALPS

1,4 million de m2 de terrain à bâtir

6 hôtels à 4 ou 5 étoiles, avec 844 chambres

490 appartements dans 42 immeubles

20 à 30 villas privées ou maisons de vacances

35'000 m2 de surfaces commerciales

Un centre de sport et de loisirs

Centre de congrès et de concerts pour environ 600 personnes

1970 places de parking

Terrain de golf à 18 trous – selon les standards internationaux et surface d’entraînement de 6 trous

Modernisation du domaine skiable Andermatt – Oberalp – Sedrun.

Ouverture de l’Hôtel Chedi en 2013/2014

Premiers appartements disponibles en 2014

Fin de l'infobox


(Traduction de l’anglais: Ariane Gigon), swissinfo.ch


Liens

×