Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Conseil de l’Europe: bilan positif de la présidence suisse

Avant de passer le témoin mardi à la Macédoine, Micheline Calmy-Rey tire un bilan positif des six mois de présidence suisse du Conseil de l'Europe. La conseillère fédérale se dit toutefois «déçue» de l'attitude du Belarus concernant la peine de mort.

Pour ses six mois de présidence, la cheffe de la diplomatie suisse s’était fixé comme objectif un rapprochement du Conseil de l'Europe avec le Belarus. Et ce rapprochement «requiert au minimum l'introduction d'un moratoire sur la peine de mort», explique la ministre dans un entretien samedi au "Temps" et à la "Basler Zeitung".

Or, «deux personnes ont été exécutées en mars alors que nous étions en discussions», déplore Mme Calmy-Rey.

La conseillère fédérale se félicite par contre de la mise en œuvre de la réforme de la Cour européenne des droits de l'homme, rendue possible par la ratification par la Russie du protocole 14. Réforme devenue impérative en raison de l’engorgement de la Cour de Strasbourg, qui reçoit chaque mois 2000 requêtes de plus qu'elle n'en classe.

Mme Calmy-Rey rappelle par ailleurs que la conférence organisée par la Suisse en février à Interlaken a abouti à l'adoption d'un plan d'action.

Répondant aux critiques de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe, qui se sent «oubliée» du processus d'Interlaken, la conseillère fédérale répond que les députés, «qui sont aussi des élus politiques dans leur pays (…) peuvent exercer leur influences pour éviter que les plaintes répétitives ou infondées ne se multiplient».

swissinfo.ch et les agences


Liens

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Sondage Suisses de l'étranger

Sondage: clavier et main close up

Suisses de l’étranger, donnez-nous votre avis

Meinungsumfrage

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.