Convention pour la fameuse troisième voie

Les cantons de Vaud et de Genève, la Confédération et les Chemins de fer fédéraux (CFF) veulent tous développer le rail entre Lausanne et Genève. Ils ont signé lundi une convention «pionnière» qui donnera naissance à la troisième voie et à de nombreuses améliorations.

Ce contenu a été publié le 21 décembre 2009 - 13:21

Après l'accord global de début avril, place au premier élément concret. Lundi à Lausanne, tous les partenaires ont souligné le caractère exceptionnel de cette convention-cadre pour l'avenir de la liaison ferroviaire Lausanne - Genève aéroport.

«L'espace lémanique est le deuxième pôle économique de Suisse, il surperforme, a déclaré le président du Gouvernement vaudois Pascal Broulis. Pour continuer à créer de la richesse, il faut assurer le développement de sa mobilité, aujourd'hui déjà saturée».

La convention veut doubler le nombre de places assises entre Lausanne et Genève d’ici 2020 et introduire la cadence à 15 minutes dans les RER vaudois et genevois. En tout, les deux cantons y mettront 300 millions de francs.

La convention prévoit dans un premier temps la réalisation de la quatrième voie Lausanne-Renens (mise en service 2018). Elle s'attaque également aux points de croisement de Mies et de Chambésy et à la voie de dépassement fret entre Coppet et Nyon.

Dans un deuxième temps, les trafics grandes lignes, RER et fret seront séparés. Viendront alors la réalisation de la troisième voie entre Renens et Allaman et l'augmentation des capacités de réseau à l'ouest de Genève. Enfin, la troisième phase prévoit de construire des tronçons à quatre voies et d'améliorer les conditions d'accès à Genève-Aéroport.

«C'est presque Noël, s'est exclamé Andreas Meyer, directeur général des CFF. C'est une première absolue de voir deux cantons s'unir ainsi: ils font figure de pionniers».

swissinfo.ch et les agences

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article