Coup de pouce financier de Berne Les crèches seront bientôt moins chères en Suisse

Les crèches suisses ont parmi les plus chères au monde. Un handicap pour les femmes qui souhaitent travailler. 

Les crèches suisses ont parmi les plus chères au monde. Un handicap pour les femmes qui souhaitent travailler. 

(Keystone)

La Chambre basse du Parlement a adopté mardi un projet gouvernemental qui vise à débourser 100 millions de francs sur huit ans pour faciliter la conciliation entre vie privée et professionnelle. Une aide bienvenue dans l’un des pays où les coûts de l’accueil extra-familial sont parmi les plus chers au monde.

La Confédération veut soutenir à hauteur de 14,3 millions de francs les projets visant à mieux adapter les horaires d'accueil aux besoins des parents, notamment dans le domaine parascolaire. L'autre mesure, devisée à 82,5 millions, doit permettre aux parents de débourser moins pour la garde de leur progéniture.

La Confédération assumerait de manière proportionnelle une partie des dépenses supplémentaires que les cantons et les communes consentent, avec la participation éventuelle des employeurs. Ci-dessous, l’exemple d’une structure subventionnée dans le canton de Vaud:

«La conciliation de la vie familiale et professionnelle reste très compliquée en Suisse en raison des coûts. Cette aide correspond donc à une nécessité», a estimé le député socialiste Mathias Reynard au cours des débats. Même si 150'000 places d'accueil extra-familial ont été créées ces dernières années, elles sont si chères qu'elles annulent souvent les bénéfices d'un deuxième salaire, au détriment de la femme. Les autorités publiques helvétiques participent en effet trop peu aux coûts, a estimé Mathias Reynard.

Avec une facture qui s’élève à deux tiers du salaire moyen pour une place de crèche à plein temps, la Suisse se hisse largement en tête des pays de l’OCDE en matière de coûts dévolus à l’accueil extra-familial.

Pour éviter la pénurie de forces de travail qui menace la Suisse d'ici 2020, il faut encourager les femmes plutôt que faire venir des travailleurs de l'étranger, a ajouté la députée vert-libérale vaudoise Isabelle Chevalley.

L'Union démocratique de centre (UDC / droite conservatrice) et une partie du Parti libéral-radical (PLR / centre-droit) ont échoué à enterrer le projet, déjà préalablement accepté par la Chambre haute du Parlement. A leurs yeux, la politique familiale est l'affaire des cantons et des communes uniquement. Ces partis jugeaient donc peu opportun de renouveler ces aides alors que la Confédération a adopté des mesures d'économie.

Le projet est intégré dans le budget de la Confédération, a toutefois précisé Alain Berset, le ministre en charge du dossier. Et de souligner que ces 100 millions de francs représentaient un investissement pour l'avenir. 

swissinfo.ch/sj et les agences

×