Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Deiss clôture les débats à l'ONU

L'ancien conseiller fédéral Joseph Deiss a déclaré clos mercredi soir à New York les débats de la 65e Assemblée générale de l'ONU. Dans un discours, il a appelé à réagir aux demandes de réformes de manière créative et généreuse.

«Des progrès dans la mise en pratique de nos grands projets pour un monde de paix, de santé et d'amitié supposent que nous soyons prêts à beaucoup de créativité et de générosité», a dit M. Deiss. Et il a conclu son discours en lançant: «N'ayons pas peur de notre propre courage.»

L'ancien ministre s'adressait aux délégués des 192 Etats membres des Nations unies. Il a convenu avoir parfois le sentiment qu'à l'ONU, l'on se contente de répéter des idées dépassées, de se satisfaire de triomphes éphémères ou de se réjouir du statu quo.

«Nous sommes d'accord que les Nations unies sont un outil important, mais l'utilisons-nous de manière efficace?», a demandé M. Deiss à l'assemblée, qu'il va présider durant une année. Avant de souligner que des réformes internes à l'ONU étaient nécessaires, spécialement au niveau du Conseil de sécurité, du Conseil des droits de l'homme et de la Commission de consolidation de la paix.

Il a encore appelé de ses vœux une collaboration constructive avec le G-20, le sommet des 20 nations économiquement les plus avancées.

Le Suisse a demandé à ce que s'engage, avant et après les prochains G-20, un dialogue entre le Secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon et les hôtes de ces sommets, la Corée du Sud et la France. «Pour préserver sa légitimité, le G-20 doit réserver des échanges ouverts et continus avec l'Assemblée générale», a affirmé M. Deiss.

swissinfo.ch


Liens

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

×