Nouvelle génération

La politicienne bernoise Evi Allemann. GIAN EHRENZELLER

«Nous observons l’entrée en politique et au parlement fédéral d’une nouvelle génération de politiciens très jeunes», indique Sarah Bütikover, chercheuse de l'Université de Zurich. «La plupart d'entre eux n'ont pas beaucoup d'expérience professionnelle hors de la politique.»

Ce contenu a été publié le 21 octobre 2014 - 00:00
swissinfo.ch

La socialiste Evi Allemann est issue de cette nouvelle génération qui a, depuis, développé beaucoup d'expérience. Agée aujourd’hui de 36 ans, cette députée entrée au parlement du canton de Berne à 20 ans était alors la plus jeune élue de l’histoire.

«C’est difficile d’obtenir un siège politique en Suisse, confesse-t-elle. Mais à l’époque, la sous-représentation des jeunes a semblé avoir un certain écho au sein des électeurs.»

En tant que plus jeune élue au parlement fédéral en 2003, elle a prononcé le traditionnel discours d’ouverture de la session. «C'était une grande chance de pouvoir, une heure après le début de la législature, parler devant tout le monde.»

Avocate de formation, Evi Allemann est l'une des rares politiciennes qui qualifie sa fonction de profession. «Cette idée de parlement de milice est profondément ancrée en Suisse, mais elle ne reflète pas la réalité.» 

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article