Navigation

«Construire des murs ne résoudra aucun problème»

Alors que se tient à Vienne un sommet des pays des Balkans, le Haut-commissaire de l'ONU pour les réfugiés affirme à la RTS que l'effort demandé à l'Europe en matière d'accueil de réfugiés «n'est pas énorme». António Guterres appelle à une réponse européenne commune.

Ce contenu a été publié le 27 août 2015 - 09:07

Les responsables européens se retrouvent, jeudi 27 août à Vienne, avec des dirigeants des Balkans de l’Ouest, pour un sommet consacré à la crise des migrants, alors que la région est devenue l’une des principales portes d’entrée vers l’Europe occidentale.

Annoncé l’année dernière, ce sommet, auquel sont également invitées la chancelière allemande Angela Merkel et la chef de la diplomatie de l’Union européenne Federica Mogherini, devait initialement porter sur la coopération régionale et les perspectives d’élargissement du bloc des 28 à certains pays de la zone.

Mais la «route des Balkans de l’Ouest», empruntée par des milliers de migrants voulant se rendre en Occident, cristallise désormais l’attention, alors que l’UELien externe fait face à la pire crise de réfugiés depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale.

Face à cette crise, Budapest envisage de faire appel à l'armée et construit un mur de 4 mètres de haut qui devrait être achevé à la fin du mois.

Reportage de la RTSLien externe à la frontière serbo-hongroise:

Contenu externe

Confronté aux images de migrants enjambant des barbelés à la frontière entre la Serbie et la Hongrie, António Guterres a déclaré que "les barbelés et les murs ne résoudront aucun problème". 

Contenu externe

Autre exemple, des réfugiés se retrouvent dans une situation déplorable dans un camp en Autriche. Un camp administré par une entreprise privée suisse, ORS Service.

Contenu externe

Une réponse "responsable et solidaire" est essentielle et "tous les pays doivent prendre leurs responsabilités", a-t-il ajouté. Il a salué à cet égard la "politique courageuse de l'Allemagne et de la Suède".

Une action concertée devrait permettre à l'Union européenne d'accueillir 290'000 réfugiés, selon le Haut-commissaire des Nations Unies pour les réfugiésLien externe. Rappelant que 508 millions de personnes vivent dans l'UE, il a estimé que "l'effort demandé à l'Europe n'est pas énorme", en regard de ceux qui sont fournis par le Liban ou la Jordanie par exemple.

Contenu externe

swissinfo.ch avec RTS (Téléjournal du 26'08'15)


Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.