Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Gouvernement: 4 démissions en une législature, c'est trop

Après avoir participé au Congrès des Suisses de l’étranger samedi à Saint-Gall, Micheline Calmy-Rey, la ministre des Affaires étrangères est très présente dans la presse de ce dimanche. Elle s’y exprime aussi bien à propos du renouvellement du Conseil fédéral que des armées privées.

Quatre démissions au Conseil fédéral en cours de législature, c'est trop pour le fonctionnement du gouvernement et la dynamique au sein du collège, estime Micheline Calmy-Rey. «En se faisant élire, on accepte de s'engager».

Des départs anticipés devraient survenir seulement lors d'événements extraordinaires et non prévisibles, déclare Micheline Calmy-Rey dans une interview au journal dominical alémanique SonntagsZeitung. Toutefois, depuis quelque temps, des calculs politiques jouent souvent un rôle. «Mais on ne devrait pas mettre en jeu la stabilité du système pour cela», estime la ministre socialiste.

Dans l'interview, Micheline Calmy-Rey se dit aussi favorable à un bon mélange au sein du Conseil fédéral en ce qui concerne les mentalités et les origines professionnelles. Il faut aussi réfléchir au fait que les hommes ne pourraient plus se sentir représentés si cinq femmes - une majorité - siégeaient au gouvernement. «L'identification passe aussi par le sexe».

Dans une interview publiée dimanche par la NZZ am Sonntag, elle se penche sur la question des armées privées, qui, comme toutes les entreprises de sécurité, doivent selon elle s'engager à respecter le droit international public humanitaire et les droits de l'homme. Les services de la conseillère fédérale soutiennent un tel code de conduite valable à échelle mondiale.

Lors d'infractions, les armées privées devraient être directement responsables, dit-elle. Les homicides, sauf en cas de légitime défense, la torture et les trafics d'êtres humains doivent être interdits. Selon la ministre, plusieurs associations faîtières, qui représentent une centaine d'entreprises, sont favorables à l'élaboration d'un tel code, qui est en passe d'être adopté, après 18 mois de travaux.

Rappelons que l'armée privée britannique Aegis Defence a implanté en mars son siège à Bâle, ce qui, juridiquement, ne viole pas le droit suisse.

swissinfo.ch et les agences


Liens

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

×