Hans-Rudolf Merz ne doit pas démissionner

La démission du ministre des Finances – qui assure également cette année la présidence tournante de la Confédération – «n'est pas un thème», a dit mardi Roland Meier, porte-parole de son ministère. Les deux hommes d'affaires suisses sont pourtant toujours retenus en Libye et Hans-Rudolf Merz avait dit assumer la responsabilité de l'accord passé et de ses conséquences.

Ce contenu a été publié le 01 septembre 2009 - 14:23

«Nous avons pris connaissance que les deux Suisses n'ont pas pu quitter la Libye», a dit Roland Meier, qui assure que son ministère et celui des Affaires étrangères «continuent bien sûr à tout mettre en œuvre pour qu'ils puissent rentrer le plus rapidement possible».

Cette absence des deux otages en Suisse, alors que la promesse libyenne de les laisser partir avant le 1er septembre n'a pas été tenue, pose la question de la démission du président de la Confédération. Mais au ministère, ce sujet «n'est pas un thème». Hans-Rudolf Merz ne va pas démissionner, car selon le porte-parole, il faut continuer de travailler pour la libération des deux Suisses.

Lundi soir, le ministère s'est montré surpris que la Libye n'ait pas laissé partir les Suisses dans le délai qu'elle avait elle-même fixé. Dans une interview à la Télévision Suisse Romande, le vice-ministre libyen des affaires étrangères a précisé: «ils doivent peut-être revoir le procureur avant de pouvoir quitter le pays».

En collaboration avec les Affaires étrangères, Hans-Rudolf Merz présentera une proposition au Gouvernement concernant la suite de la procédure pour régler l'affaire.

De son côté, le ministre de l'Intérieur Pascal Couchepin s'est voulu rassurant quant à l'avenir politique d'Hans-Rudolf Merz. «Si le président a fait vœu de perdre la face, le Gouvernement doit le relever de son vœu», a-t-il déclaré.

Pascal Couchepin a admis que la situation actuelle n'est certes «agréable pour personne». Pour le reste, il s'est rangé derrière le discours officiel du gouvernement.

swissinfo.ch et les agences

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article