Navigation

La Suisse veut-elle la mort de l’UNRWA?

Contenu externe

Une rencontre entre Ignazio Cassis, chef de la diplomatie suisse, et son homologue israélien provoque la colère des Palestiniens, rapporte la RTS. Pour le quotidien Le Temps, les deux pays veulent carrément «travailler à faire disparaître l’UNRWA», l’agence onusienne pour les réfugiés palestiniens.

Ce contenu a été publié le 06 septembre 2019 - 16:00
swissinfo.ch avec la RTS

En visite cette semaine en Suisse, le ministre des Affaires étrangères israélien Israël Katz a rencontré son homologue Ignazio Cassis lundi à Lucerne. Selon la presse israélienne, les deux hommes auraient évoqué la possibilité de trouver une alternative à l'UNRWALien externe.

Interrogé par la RTS, le politologue israélien Gerald Steinberg déclare que cette alternative pourrait être «le transfert de toute l'aide allouée à l'UNRWA à un comité provisoire de l'ONU avec pour objectif que l'Autorité palestinienne prenne les réfugiés sous son entière responsabilité». Ces informations ont provoqué la colère des Palestiniens qui ont manifesté jeudi devant le siège de l'agence à Jérusalem.

A Berne, le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) a démenti toute collaboration avec Tel Aviv qui viserait à trouver une alternative à l'UNRWA. Ignazio Cassis a toutefois rappelé qu'il est légitime que la Suisse, l'un des principaux contributeurs à l'UNRWA, s'implique dans les réflexions sur l'amélioration du fonctionnement de l'organisation.

Sous le feu des critiques

Ces nouvelles tombent après la révélation cet été d’un rapport interne très critique sur l’agence onusienne et son chef, le Suisse Pierre Krähenbühl. Parmi les accusations figurent celles «d'agissements à caractère sexuel inappropriés, népotisme, représailles, discriminations et autres abus d'autorité, (commis) à des fins personnelles, pour réprimer des divergences d'opinion légitimes».

L’année dernière déjà, les Etats-Unis avaient supprimé leur contribution à l’UNRWA et à la suite du rapport de cet été, la Suisse a décidé de geler la sienne, en attendant une enquête définitive.

Similitude de vues

Est-ce à dire qu’«Israël veut travailler avec la Suisse à faire disparaître» l’agence onusienne? Le TempsLien externe n’hésite pas à l’écrire. Le quotidien romand note que le chef de la diplomatie israélienne n’a pas manqué «de souligner sa similitude de vues sur la question avec son collègue suisse. Rentrant d’un voyage dans la région, l’année dernière, Ignazio Cassis avait publiquement estimé que l’UNRWA faisait désormais ‘partie du problème plutôt que de la solution’».

«Israël Katz a donc pris son collègue au mot et l’a pratiquement désigné comme allié pour dynamiter l’UNRWA, écrit encore Le Temps. A peine nommé, le ministre israélien avait d’ailleurs chargé ses services de réfléchir aux moyens de faire disparaître cette organisation».

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.