Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

L'environnement, souci numéro un

La population est préoccupée par des phénomènes climatiques tels que les inondations de 2005.

(Keystone)

Les Suisses sont plus concernés par l'état de la planète que par leur emploi, les coûts de la santé et l'insécurité, selon un sondage de l'institut MIS Trend.

Cette inquiétude face au réchauffement climatique est particulièrement marquée chez les élites, qui sont favorables au nucléaire, contrairement à la majorité de la population.

Publié jeudi sur 27 pages par le magazine romand L'Hebdo, ce sondage intitulé 'Sophia 2007' montre que 38% des Suisses citent l'«état écologique de la planète» comme leur principal souci, devant la peur du chômage (24%) et l'insécurité (22%).

En plus d'un échantillon représentatif de 1200 Suisses issus des trois principales régions linguistiques, l'Institut MIS Trend a interrogé entre mars et avril 400 décideurs venus de l'économie, de l'administration, de la culture et de la politique.

L'inquiétude pour le climat est encore plus marquée chez les élites, avec 55%, contre 16% pour l'insécurité. Dans la population, les plus préoccupés par l'état de la planète sont les Romands (41%), suivis des Alémaniques (38%) et des Tessinois (31%).

L'inquiétude est aussi plus forte chez les gens qui se disent de gauche.

«On veut des lois»

Pour enrayer le réchauffement climatique, 58% des Suisses et deux tiers des leaders appellent l'Etat à édicter des lois contraignantes. «Un tiers de la population pense même que la Suisse peut se permettre des mesures qui léseraient sa compétitivité sur le plan international», écrit L'Hebdo.

Concernant la consommation d'énergie, trois quarts des décideurs et deux tiers de la population sont convaincus qu'il sera possible «dans le futur», de la réduire de moitié sans changer de mode de vie.

56% des Suisses et la moitié des décideurs se font toutefois du souci pour l'approvisionnement énergétique du pays d'ici 20 ans.

Le nucléaire divise

Dans sa majorité, la population s'oppose à la construction de nouvelles centrales (56% contre), tandis que les élites y sont favorables à 55%.

Les plus fervents opposants à l'atome se trouvent à gauche et chez les femmes, alors que les hommes (47%), les jeunes (46%) et les Alémaniques (43%) se rapprochent du 'oui'.

Par contre, plus de la moitié des sondés dans les deux groupes accepteraient que l'on remplace les centrales actuelles à l'occasion de leur mise hors service.

Prix de l'essence tabou

Si les Suisses sont prêts à faire des efforts pour l'environnement, ils ne vont pas jusqu'à accepter un doublement du prix de l'essence, même si la manne ainsi recueillie était redistribuée sous forme de baisses des primes maladie.

Décideurs et population se rejoignent à 60% dans le camp du 'non'. Les plus favorables à une telle mesure sont les Alémaniques.

Pourtant, 61% de la population peut s'imaginer vivre sans voiture (49% des leaders). Près de huit Suisses sur dix se passeraient de voyages en avion, contre 46% des décideurs. Et les deux groupes verraient d'un bon oeil l'introduction de taxes sur les voyages aériens.

Enfin, la gratuité des transports publics dans les principales villes et la proposition de baisser de moitié les billets de train remportent une forte adhésion au sein de la population. Ces deux propositions ne séduisent en revanche pas les décideurs.

swissinfo et les agences

Grosses voitures

Les Suisses ont beau placer l'environnement en tête de leurs préoccupations, ils n'en continuent pas moins à acheter de grosses voitures très gourmandes en carburant et fortes émettrices de gaz à effet de serre.

Le poids moyen des véhicules vendus en Suisse a augmenté de 13 kg à 1,49 tonne l'an dernier. Ce qui réduit à néant les gains d'efficacité des moteurs obtenus par les améliorations techniques.

Selon l'Office fédéral de l'énergie, la consommation moyenne de carburant a baissé de 0,65% en 2006 pour atteindre 7,62 litres aux 100 kilomètres. L'objectif fixé d'entente entre les importateurs et le gouvernement – 6,9 litres – n'est donc pas atteint.

Mercredi, le gouvernement a repoussé l'obligation du filtre à particules pour tous les véhicules à 2009.

Fin de l'infobox


Liens

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

×