Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Le rapport de politique de sécurité est prêt

Après les auditions menée ces dernières semaines, le Conseil fédéral (gouvernement) a rendu jeudi au Parlement une version légèrement modifiée de son rapport de politique de sécurité. Quant à la décision pour l'achat des nouveaux avions de combat, elle tombera à l'automne.

Si ce rapport ne prévoit pas de révolution, son élaboration n'a pas été sans peine. Le ministre de la Défense Ueli Maurer avait été appelé par ses collègues à revoir sa copie. «Les positions restent extrêmes mais un consensus a été trouvé», a déclaré Ueli Maurer devant la presse.

Le texte a été transmis au Parlement, qui en débattra certainement longuement mais qui ne pourra finalement qu'en prendre acte ou non.

Dans ce document, le Conseil fédéral affirme vouloir poursuivre la stratégie menée jusqu'ici en matière de politique de sécurité. Contrairement à celui de 2000, le nouveau rapport ne vise plus à poser les bases d'une réforme mais à donner des impulsions à une armée en pleine mutation.

Concernant les engagements à l'étranger, il prévoit de se focaliser sur certains domaines: transport aérien, prestations logistiques, transport terrestre, affaires sanitaires et renseignement.

Côté défense nationale, une attaque militaire contre la Suisse est toujours considérée comme improbable actuellement mais pas totalement exclue à long terme. L'armée doit donc conserver les capacités nécessaires pour rebondir le cas échéant. Parallèlement, le recentrage sur les interventions subsidiaires en faveur des autorités civiles est réaffirmé.

Le rapport sur la sécurité pose les jalons pour le rapport spécifique sur l'armée, dont la version définitive ne sera connue qu'après les vacances d'été. Ce document doit préciser le mandat de l'armée, notamment quand, comment, dans quelles conditions et avec quels moyens elle peut être engagée. Il devra aussi établir une liste des lacunes constatées.

Quant à l'achat des avions de combat qui doivent remplacer les vieux Tiger, plusieurs variantes ont été étudiées et toutes les options restent ouvertes, «du renoncement pur et simple à l'achat d'une centaine d'avions», a dit Ueli Maurer. Pour lui, le manque de moyens financiers reste le noeud du problème.

swissinfo.ch et les agences


Liens

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.