Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Le retour des minarets sur la scène politique

Un an après la votation sur les minarets, le Conseil central islamique suisse a annoncé lundi à Zurich le lancement d'une initiative populaire visant à abolir l'interdiction des minarets. Le même jour, le comité anti-minarets a présenté à Berne un manifeste contre l'islamisation de la Suisse.

Le texte de l'initiative du Conseil central islamique suisse devrait être soumis à la Chancellerie fédérale pour examen en janvier 2011. «Si on veut abolir l'interdiction des minarets en Suisse, il faut le faire en empruntant la même voie utilisée pour introduire cette interdiction», ont expliqué à la presse des représentants du Conseil central islamique.

A part engendrer de l'incompréhension, l'interdiction des minarets «n'a servi à rien», estime le Conseil central islamique suisse. Elle est en contradiction avec la Constitution qui relève l'égalité des droits et l'interdiction de discrimination. L'interdiction «vise clairement l'abaissement des musulmans en Suisse».

Le Conseil central islamique suisse n'a pas pris contact avec d'autres organisations musulmanes à propos du lancement de la nouvelle initiative. Pour des raisons tactiques, le projet devait rester secret, a indiqué Abdel Azziz Qaasim Illi, responsable des relations publiques au sein du Conseil central.

Alors que les uns ont annoncé lundi vouloir se battre pour les minarets, les autres ont choisi de renforcer leur combat contre les minarets. Ainsi, le jour même de l’annonce de cette initiative, le comité anti-minarets a présenté à Berne un manifeste pour lutter contre l’islamisation de la Suisse.

Le manifeste souligne les fondements chrétiens du pays et veut barrer la route à toute tentative visant à mettre en place un droit parallèle inspiré de l'islam.

Hormis les minarets, considérés comme un instrument de pouvoir, il rejette aussi la burqa, les mariages forcés ou les châtiments corporels. Il réclame de tout musulman qui souhaite se faire naturaliser qu'il prête allégeance à la constitution, ses lois et ses règles, et qu'en cas de violation de celles-ci, il perde son passeport suisse. Le comité ne dit rien des musulmans d'origine suisse.

Le 29 novembre 2009, le peuple suisse a accepté par 57% des voix l'initiative de l'Union démocratique du centre (UDC/droite conservatrice) qui interdit la construction de minarets en Suisse. En octobre dernier, le Conseil des Etats a rejeté une pétition exigeant que l'interdiction soit retirée de la Constitution.

swissinfo.ch et les agences

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.