Les Suisses unis contre la criminalité des jeunes

Une majorité d'environ deux tiers de la population suisse se prononce pour des mesures répressives face à la criminalité des jeunes. C'est un des résultats d'un vaste sondage «Perspective suisse» sur l'avenir de la Suisse.

Ce contenu a été publié le 23 février 2009 - 13:32

Quelque 64% des sondés réclament l'expulsion des familles de mineurs qui ne respectent pas le code pénal. Outre la criminalité chez les jeunes, ce sondage en ligne portait également sur la compatibilité entre famille et profession, l'impôt sur le revenu, l'approvisionnement en électricité et l'agriculture.

Afin d'éviter une éventuelle pénurie d'électricité, un peu plus que la moitié de la population est prête à payer un supplément de 20% sur l'électricité, si celle-ci est produite à base d'énergies renouvelables.

Et une majorité de 55% de la population pense payer trop d'impôts et souhaite abolir la concurrence fiscale pour les revenus dépassant 300'000 francs par an, et donc harmoniser les taux d'impositions au même niveau dans tout le pays

Patronné par les cinq principaux partis politiques, ce sondage en ligne vise à faire participer la population sur les différentes idées de réformes. Pour la 4e année consécutive et durant neuf semaines, plus de 20'900 participants de tout le pays ont pris position sur différentes propositions et idées politiques.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article