Libye: le prisonnier Max Göldi se porte bien

Emprisonné depuis lundi à Tripoli, Max Göldi a pu recevoir la visite d’un diplomate suisse mardi. Selon le département des Affaires étrangères (DFAE), l’homme d’affaires, retenu depuis 19 mois en Libye, se porte «assez bien» et ses conditions de détention «sont correctes».

Ce contenu a été publié le 23 février 2010 - 19:19

«Max Göldi se porte assez bien étant donné les circonstances. Ses conditions de détention sont correctes», a indiqué le DFAE dans une note distribuée à la presse. Max Göldi avait quitté lundi l'ambassade suisse à Tripoli pour se rendre aux autorités libyennes. Poursuivi pour «séjour illégal» et «exercice d'activités économiques illégales», il avait été condamné le 11 février à quatre mois de prison en appel.

Informée par la famille de Max Göldi, la section suisse de l'ONG Amnesty International a indiqué que ce dernier était détenu dans la prison d'al-Jadaida à Tripoli, et non celle d'Aïn Zara, comme l'avait affirmé son avocat lundi.Amnesty International, qui a visité une partie de cette prison en mai 2009, avait alors constaté «que les cellules étaient propres, que certaines disposaient d'une télévision, que la prison était équipée d'ateliers, d'une bibliothèque et d'un dispensaire», a expliqué Manon Schick, porte-parole d’Amnesty.

L’autre homme d'affaires suisse retenu depuis dix-neuf mois en Libye, en mesure de rétorsion à l’arrestation d’Hannibal Kadhafi et de sa femme par la police genevoise, a pu quitter la Libye dans la nuit de lundi à mardi. Aux dernières nouvelles, Rachid Hamdani était stationné à Djerba, en Tunisie, pays dont il possède également le passeport. Une vingtaine de journalistes, caméramen et photographes faisaient le pied de grue mardi soir dans le secteur des arrivées de l’aéroport de Genève dans l’espoir de voir débarquer Rachid Hamdani.

swissinfo.ch et les agences

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article