Comment fonctionnent les frontières et les aéroports suisses avec le coronavirus?

Deux soldats informent un cycliste à la frontière franco-suisse à proximité de Genève.

Puis-je entrer en Suisse? Les aéroports sont-ils ouverts? Est-ce que je peux circuler à l’intérieur du pays? Voici un aperçu des restrictions en vigueur aux frontières helvétiques.

Comme tous les pays européens, la Suisse s’est empressée de fermer ses frontières lorsque le coronavirus a commencé à se répandre sur son territoire. Mais le nombre de contaminations a fortement diminué ces dernières semaines et le gouvernement a décidé d’assouplir les restrictions en vigueur. Une première phase est prévue le 11 mai et une seconde le 8 juin.

Situation à la frontière terrestre

Toutes les frontières suisses sont fermées depuis le 25 mars et les passages sont strictement contrôlés. Les restrictions en vigueur sont valables pour les ressortissants de tous les pays, à l’exception du Liechtenstein. De nombreux postes frontières sont fermés.

Les personnes qui ont le droit de circuler sont celles qui possèdent la nationalité suisse, un permis de séjour ou un contrat de travail (les frontaliers sont autorisés à entrer et sortir du territoire pour des raisons professionnelles). Le passage est également possible pour les raisons suivantes: transit, transport de marchandises, situation d’absolue nécessité.

D’après l’Administration fédérale des douanes, le trafic transfrontalier a chuté de 70% depuis le début de la crise du coronavirus.

Une fois sur le territoire suisse, il est possible de circuler sans restriction. Mais le tourisme d’achat transfrontalier est désormais puni d’une amende de 100 francs suisses.

Situation dans les aéroports

Les principaux aéroports de Suisse sont presque à l’arrêt. En avril, l’aéroport de Genève a enregistré au maximum huit vols par jour, surtout des liaisons avec Francfort, Rome, Paris et Londres. «Nous dénombrons entre 50 et 300 passagers quotidiens, alors que d’habitude nous en avons entre 40'000 et 60’000», a confié le directeur de l’aéroport, André Schneider, au quotidien Le Temps.

L'aéroport de Zurich est presque vide en ces temps de coronavirus.

Les mouvements ont aussi été drastiquement réduits à Zurich, avec environ 25 liaisons par mois. «Durant les deux premières semaines d’avril, le nombre de mouvements aériens et de passagers a encore diminué, avec une réduction de plus de 95% en comparaison avec la même période l’an dernier», nous a indiqué Raffaela Stelzer, porte-parole de l’aéroport. Quelques compagnies proposent encore des vols vers Francfort, Amsterdam, Porto, Londres, Berlin, Abu Dhabi, Doha ou Newark aux États-Unis.

Assouplissements prévus dès le 11 mai

Les demandes déposées avant le 25 mars par les travailleurs en provenance des États membres de l’Union européenne ou de l’AELE pourront être traitées.

Le regroupement familial sera à nouveau possible pour les citoyens suisses et les ressortissants de l’UE ou de l’AELE qui vivent en Suisse. Les travailleurs d’États tiers qui possèdent déjà une autorisation d’exercer une activité lucrative en Suisse mais qui n’avaient pas pu obtenir de visa à cause des restrictions pourront entrer dans le pays. Les demandes d’engagement de ressortissants d’États tiers déposées avant le 19 mars seront aussi traitées.

Les contrôles se maintiendront aux frontières, mais ils seront organisés de manière plus optimale afin de faciliter notamment le trafic des travailleurs frontaliers. Certains postes frontières pourraient être rouverts.

Les voyageurs des vols en provenance de l’étranger ne pourront entrer en Suisse qu’aux aéroports de Zurich, Genève et Bâle.

Assouplissements prévus dès le 8 juin

Le gouvernement prévoit que toutes les demandes de ressortissants de l’UE ou de l’AELE qui exercent une activité lucrative puissent à nouveau être traitées.

Aucune date n’a été annoncée pour la reprise des voyages touristiques, ni en Suisse ni dans les autres pays européens. Les ministres des États membres de l’espace Schengen ont décidé de se coordonner pour lever progressivement les restrictions aux frontières, en fonction de l’évolution de la pandémie.

La possibilité de voyager à l’étranger durant l’été semble toujours davantage compromise. Le gouvernement suisse encourage la population à prévoir des vacances à l’intérieur du pays, afin de limiter les contagions et de relancer le tourisme helvétique.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article